Le Bluebus de Bolloré est en test sur la Liane 15 du réseau TBM à Bordeaux.
Le Bluebus de Bolloré est en test sur la Liane 15 du réseau TBM à Bordeaux. — M.Bosredon/20Minutes

TRANSPORTS

VIDEO. Bordeaux: Comment le réseau TBM se prépare au virage du bus électrique

Bordeaux Métropole teste ces jours-ci le Bluebus de Bolloré sur la Liane 15, avant d’expérimenter six autres types de véhicules, l’objectif étant de passer commande d’une soixantaine de bus électriques en 2022

  • Le Bluebus de Bolloré est le premier des sept bus électriques qui vont être testés en conditions réelles sur le réseau TBM.
  • Bordeaux Métropole souhaite remplacer la soixantaine de bus qui roule encore au diesel, par de l’électrique en 2022/2023.
  • Le réseau TBM ambitionne ainsi de proposer un mix énergétique pour ses véhicules, allant du biogaz à l’électrique en passant par l’hydrogène.

Bordeaux Métropole vient de lancer un test grandeur nature de bus électriques de grande capacité sur son réseau de transport. Sur une période de six mois, la métropole va ainsi expérimenter les véhicules de sept constructeurs différents, en conditions réelles, sur la Liane 15 qui va de Villenave d’Ornon à Bordeaux-Lac, avant éventuellement de passer commande en 2022 pour remplacer son parc de bus roulant au gas-oil. Elle vient de démarrer son expérimentation avec le Bluebus de Bolloré.

Pourquoi vouloir remplacer le parc de véhicules diesel par des bus électriques ?

Bordeaux Métropole anticipe la loi Mobilités qui devrait interdire les véhicules roulant au gas-oil d’ici à 2040. « Nous avons choisi de ne pas renouveler nos véhicules à motorisation diesel lors de leur remplacement qui arrivera en 2022, explique le vice-président en charge des transports, Christophe Duprat (LR). Cela ne représente que 20 % du parc, soit environ 60 bus, puisque nous avions fait dès la fin des années 1990 le choix d'une flotte de bus au GNV (Gaz naturel pour véhicules), qui représentent aujourd’hui 70 % du parc [les 10 % restant sont des véhicules hybrides]. »

Pourquoi tester sept constructeurs sur la Liane 15 ?

« Avant de nous lancer sur un éventuel marché, nous avons voulu tester en conditions réelles un certain nombre de constructeurs [Bolloré, mais aussi Alstom, MAN, Yutong, Heuliez…] détaille Christophe Duprat. L’idée serait peut-être d’avoir, à partir de 2023, des lignes spécifiques roulant uniquement à l’électrique. » Pour Hervé Lefèvre, directeur de Keolis Bordeaux, « ce test va nous permettre d’évaluer l’autonomie de ces véhicules dans des conditions normales de circulation, avec des clients à bord qui utiliseront toutes les alimentations annexes au moteur. »

Les véhicules seront aussi testés « avec ou sans chauffage, avec ou sans clim, etc. » Ils sont actuellement annoncés avec une autonomie de 200 km/jour, ce qui est un peu juste pour le réseau bordelais, mais les différents constructeurs devraient être en mesure de proposer des véhicules roulant entre 260 et 280 km dans les trois prochaines années.

C’est quoi au juste le Bluebus de Bolloré ?

Le Bluebus représente à ce jour la plus importante flotte de bus électrique de 12 mètres roulant en France. « Nous avons 56 Bluebus qui roulent à Paris, sur la ligne 341 qui est totalement électrique, et sur les lignes 115 et 126 où on alterne électrique et thermique » explique Christian Studer, le porte-parole de Bluebus. « Nous sommes aussi présents à Rennes et Vichy, et nous avons remporté des appels d’offres à Bruxelles et un autre  pour 800 bus en Ile-de-France avec deux autres constructeurs. » Le Bluebus roule avec quatre batteries situées au plafond et quatre à l’arrière. Elles pèsent en tout 2,4 tonnes et se rechargent en cinq heures. Bolloré les garantit six ans, « même si on est certain qu’elles vivront une dizaine d’années. » Le coût de ce véhicule est de 320.000 euros, auquel il faut ajouter 240.000 euros de batteries, ce qui donne un coût global 25 à 30 % supérieur à un bus diesel.

Et il se conduit comment ce bus électrique ?

Nous avons rencontré Philippe Mesnard, un chauffeur expérimenté du réseau TBM, chargé de piloter le Bluebus pendant cette phase d’expérimentation. « La procédure de mise en route est différente, explique-t-il, mais la conduite ne change pas vraiment d’un bus classique, si ce n’est qu’elle est plus agréable, et qu’au freinage on renvoie de l’énergie dans les batteries, il faut donc jouer avec cela constamment. C’est juste un coup à prendre au départ, mais j’ai eu une formation d’une heure par le constructeur, et cela suffit amplement. »

Le réseau TBM vise-t-il d’autres motorisations « propres » ?

« On va essayer d’injecter du biogaz dans nos GNV », explique Christophe Duprat, qui rappelle que le gaz est considéré comme une énergie fossile. Ensuite, outre l’électrique qui devrait notamment équiper la flotte de bus de 18 mètres du futur BHNS Gare Saint-Jean-Saint-Aubin, la métropole s’intéresse aussi à l’hydrogène. « Nous attendons avec impatience le lancement du premier BHNS à hydrogène à Pau, le 9 septembre prochain » ; lance ainsi Christophe Duprat. « Ce que nous voulons, c’est proposer au final un mix énergétique, avec du biogaz, de l’hydrogène et de l’électrique. » L’élu rappelle enfin que la part du tramway, qui roule à l’électrique, va représenter 70 % de l’ensemble du réseau TBM lors de l’ouverture de la ligne D à la fin de l’année.