VIDEO. Bordeaux: «Pink château», tour panoramique et bottes géantes... A la découverte de cinq domaines viticoles insolites

PATRIMOINE A l'occasion de la sortie du guide «101 châteaux du Bordelais», «20 Minutes» a sélectionné cinq domaines insolites à découvrir

Mickaël Bosredon

— 

Le château La Tour de Bessan, à Cantenac dans le Médoc, a été restructuré en partie par l'architecte toulousain Vincent Defos du Rau.
Le château La Tour de Bessan, à Cantenac dans le Médoc, a été restructuré en partie par l'architecte toulousain Vincent Defos du Rau. — Alban Gilbert
  • C’est la première fois que les éditions du Festin s’intéressent au patrimoine architectural du vignoble bordelais.
  • Cette première édition est consacrée à la rive gauche, notamment le Médoc, et une deuxième édition se penchera sur la rive droite.
  • Entre domaines classiques et œuvres contemporaines, le guide nous permet de tracer un parcours patrimonial à travers le vignoble.

Un ouvrage à savourer… avec un bon verre de Bordeaux. Les éditions du Festin viennent de sortir « 101 Châteaux du Bordelais », un hors-série consacré au vignoble. « C’est notre première édition sur les châteaux bordelais, explique Amélie Daraignez, directrice de la rédaction du Festin. Nous avons en effet constaté qu’il y avait beaucoup d’ouvrages parlant des vins de Bordeaux, mais finalement assez peu sur le patrimoine lié au vignoble, alors qu’il y a de plus en plus de routes oenotouristiques, et que les châteaux s’ouvrent davantage depuis quelques années. »

Il s’agit là du premier volume, qui nous fait découvrir la rive gauche, du Médoc au Sauternes, et qui sera suivi d’un deuxième en octobre sur la rive droite, qui ira du Blayais à l’Entre-Deux-Mers.

La sélection de ces 101 châteaux s’est faite « en mélangeant à la fois des incontournables, comme château Margaux que nous avons mis en couverture, et des sites plus insolites, pour sortir des sentiers battus. Cent un châteaux, c’est déjà pas mal, et cela permet de tracer un parcours avec comme fil rouge l’intérêt patrimonial de ces lieux. » 20 Minutes et Le Festin ont sélectionné cinq sites qui valent le détour.

Château Loudenne, « une curiosité dans le paysage médocain »

De couleur rose, le château Loudenne dans le Médoc cultive aussi les roses anciennes, d'où son surnom de «pink château»

Il s’agit d'une chartreuse assez classique, « mais sa couleur rose est vraiment surprenante » note Amélie Daraignez. « C’est une curiosité dans le paysage médocain. » Le bâtiment a été édifié vers 1670, et rapidement doté d’une couleur rose pâle. Le domaine est acquis en 1875 par Alfred et Walace Gilbey, des négociants irlandais, qui font de ce lieu une « fête. » De célèbres soirées se poursuivent jusque dans les années 1970, faisant de Loudenne « une sorte d’Etat anglais dans la péninsule médocaine » comme le raconte le magazine Terre de Vins. En plus d’un vignoble conséquent d’une cinquantaine d’hectares, Loudenne possède aussi un joli petit port privé en bord de Garonne, et une roseraie. Outre du rouge et du blanc, Loudenne ne pouvait pas ne pas produire du rosé… Son fameux « Pink de Loudenne », qui a aussi valu au domaine le surnom de « Pink Château. »

Château La Tour de Bessan, « un OVNI dans les vignes de Cantenac »

Un bâtiment contemporain a été érigé à La Tour de Bessan

La particularité du château La Tour de Bessan, à Cantenac ? C’est qu’il n’y a ni tour, ni château. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a rien à voir, au contraire. On y trouve « un bâtiment aux formes épurées, posé tel un OVNI dans les vignes de Cantenac » nous raconte le guide. Il y a toutefois bien eu une tour, dont il reste des ruines, et qui appartenait à un réseau de fortifications médiévales. Le monument en ruine et le vignoble ont été acquis par la famille Lurton en 1972, qui a fait restructurer le domaine et modernisé les installations vinicoles dans les années 1990 par l’architecte toulousain Vincent Defos du Rau.

A Gruaud Larose, « une tour émerge du paysage »

Un tour panoramique de 21 m a été érigée à Gruaud-Larose.

Notre sélection nous amène vers un château classique du Médoc, à Saint-Julien-Beychevelle, le château Gruaud Larose, qui date du 18è. Mais qui a subi de spectaculaires modifications architecturales à la fin du 20è et au début du 21è siècle. Il est notamment flanqué depuis 2014 d’une « tour panoramique qui émerge du paysage, et qui permet du haut de ses 21 m de profiter d’un extraordinaire point de vue » relève Amélie Daraignez. Une transformation réalisée par le cabinet d’architectes bordelais Lanoire et Courrian, et qui permet au domaine de s’ouvrir complètement à l’œnotourisme.

Starck a posé sa patte sur le château Les Carmes Haut Brion

Philippe Starck a réalisé le cuvier des Carmes Haut-Brion

Il s’agit du seul château viticole en activité dont l'adresse soit localisée à Bordeaux même, au 20, rue des Carmes. Ce n’est pas la seule particularité du domaine, où l’on peut admirer une belle maison en pierre du 19è, mais qui a surtout été remarquablement modernisé en 2014 par son propriétaire le groupe immobilier Pichet, qui a fait appel à Philippe Starck et l’architecte bordelais Luc Arsène-Henry pour la réalisation d’un nouveau chai. « Une lame de métal brut, enfoncée par l’homme dans la terre pour faire jaillir le mystère du vin », comme l’avait décrit le célèbre designer.

La collection d’art contemporain de Chasse-Spleen

L'oeuvre monumentale

Rien que le nom du château – qui évoque Les Fleurs du Mal de Baudelaire – donne envie de partir à la découverte de ce domaine de Moulis-en-Médoc. Le détour est d’autant plus indispensable que les propriétaires actuels, Céline Villars-Foubet et son mari Jean-Pierre Foubet, y ont constitué une collection remarquable d’art contemporain. Devant la façade du château, le visiteur est ainsi accueilli par l’œuvre gigantesque, Invendu, Bottes, de Lilian Bourgeat. Cela fait son effet.