Gironde: Un village pour les enfants placés va ouvrir en zone rurale

SOCIAL Courant 2020, 54 enfants confiés aux services de protection de l'enfance par la justice vont être accueillis dans un village construit à Sablons, en Gironde, par la Fondation Enfance 

Elsa Provenzano

— 

La fondation Enfance a aussi un village à Amboise.
La fondation Enfance a aussi un village à Amboise. — Jean-Philippe François.
  • La fondation Action Enfance a remporté un appel à projets lancé en 2017 par le Département de la Gironde et va créer en 2020 un village à Sablons pour y accueillir 54 enfants placés.
  • Ce village pourra accueillir des fratries au sein d’habitations de type familiales et encadrées au quotidien par des éducateurs.

Ce sera une première en Gironde. Courant 2020, un village un peu particulier va sortir de terre à Sablons, dans le Libournais. Chacune des neuf habitations de ce village accueillera six enfants confiés à l’aide sociale à l’enfance par la justice. Ils seront encadrés par quatre éducateurs familiaux qui se relaieront pour assurer une présence constante auprès d’eux.

Le village d'enfants d'Amilly (dans le Loiret) de la fondation Enfance.
Le village d'enfants d'Amilly (dans le Loiret) de la fondation Enfance. - Jean-Philippe François.

C’est la fondation Action Enfance qui a été retenue après un appel à projets lancé en 2017 par le département de la Gironde, en charge de la protection de l’enfance. Un projet qui intervient alors qu’il y a un fort besoin de places d’accueil « On devait accueillir 3.700 enfants au début du mandat [2015] et 4.500 aujourd’hui », pointe Emmanuelle Ajon, vice-présidente du département chargée de la protection de l’enfance.

Quelle est la particularité de ce type de village ?

« On accueille les enfants de 0 à 18 ans sans organisation par tranches d’âge, on a donc la possibilité d’accueillir des fratries », explique Julie Basset, chargée du pilotage du projet au sein de la Fondation Action Enfance. C’était une demande du Département de créer des places adaptées aux enfants d’une même famille puisque les familles d’accueil ne peuvent prendre en charge plus de deux enfants de la même fratrie et que les foyers répartissent les enfants par âges. « Des enfants de 8 et 14 ans par exemple ne seront pas séparés et pourront vivre sous le même toit, se félicite Emmanuelle Ajon. Ils pourront ainsi développer des liens d’attachement ».

Comment se passe le quotidien des enfants dans ce type de village ?

La Fondation Action Enfance gère onze autres villages de ce type en France et quatre foyers. « Les éducateurs sont présents au quotidien pour faire les courses, coucher les enfants, faire les devoirs, etc., cela crée une proximité, développe Julie Basset. Un des éducateurs familiaux dort sur place ». Cet accueil de type familial est présenté comme une solution mixte entre le foyer et la famille d’accueil puisqu’il existe une équipe de direction qui travaille avec les éducateurs. Le village présentera l’architecture d’un petit lotissement pour créer un environnement familial, proposera un bâtiment dévolu aux visites des parents et un autre pour les activités en commun.

Qui sont les enfants qui vont y vivre ?

Les enfants sont en premier lieu ceux confiés par la justice aux services de l’aide sociale à l’enfance. « Ils continueront à avoir un lien avec leur inspecteur [des services sociaux du Département], explique Emmanuelle Ajon. Et il y aura aussi un contrôle du fonctionnement administratif, financier et depuis peu des contrôles inopinés sont aussi mis en place ». La fondation Action Enfance estime qu’environ 25 à 30 % des enfants placés le sont pour plusieurs années, alors que la grande majorité l’est pour moins de deux ans. Le village s’adresse davantage à ces enfants qui font l’objet d’une mesure de placement long.

Comment est financé le projet ?

La communauté d'agglomération du Libournais a mis à disposition un terrain d’1,3 hectare pour ce projet, la Fondation Action Enfance, qui reçoit des dons privés, investit sur fonds propres pour la construction et le Département verse un « prix de journée » par enfant. « La commune de Sablons est très bienveillante vis-à-vis du projet », se félicite Emmanuelle Ajon. « C’est important parce que la vie au village est un élément structurant et souvent, on l’observe dans nos autres structures, les enfants s’installent dans les environs quand ils grandissent », conclut Julie Basset.