VIDEO. Bordeaux: «Un espace vert à 300 m de chaque immeuble», comment Euratlantique veut verdir son projet

ENVIRONNEMENT Le projet Euratlantique, qui va s’étaler sur 730 ha le long des rives de la Garonne au sud de Bordeaux, entend réserver 50 ha aux espaces verts

Mickaël Bosredon

— 

Vue du futur jardin de l'Ars, sur la ZAC Saint-Jean Belcier d'Euratlantique à Bordeaux.
Vue du futur jardin de l'Ars, sur la ZAC Saint-Jean Belcier d'Euratlantique à Bordeaux. — OLM Paysagistes
  • Euratlantique va créer plusieurs parcs et jardins, à commencer par le jardin d’Ars, près des quais et du marché de Brienne.
  • Plus de 3.000 arbres seront plantés le long des berges lors de leur aménagement piétonnier à partir de 2020.
  • Façades d’immeuble, rues, toits-terrasses, pistes cyclables… Euratlantique entend aussi végétaliser partout où ce sera possible.

On a l’habitude de parler d'Euratlantique pour ses projets de logements, de bureaux et d’équipements, moins pour ses parcs et jardins. Et pourtant. C’est en petit comité que Stephan de Faÿ, le directeur général d'Euratlantique, a dévoilé vendredi soir, devant le nouveau maire de Bordeaux Nicolas Florian, la stratégie de l’établissement pour réintroduire de la nature en ville. Car on ne le sait peut-être pas suffisamment, mais ce vaste projet urbanistique de 730 hectares prévoit de consacrer 50 ha à la verdure.

« Nous voulons proposer, à moins de 300 m de la porte de chaque immeuble, un espace vert de qualité et accessible » annonce Stephan de Faÿ. Et pour ce faire, l’établissement public va utiliser toutes les cordes disponibles à son arc.

Le jardin d’Ars sera achevé pour 2021

Il va bien entendu commencer par créer des parcs. Notamment le jardin d’Ars – le long du quai de Brienne et près du MIN (Marché d'Intérêt National) – d’une superficie d'une dizaine d'ha, qui sera érigé à la place d'une friche bétonnée. « Ce jardin se fera en plusieurs phases et sera vraiment terminé en 2021 » annonce Stephan de Faÿ, qui explique qu’il faut d’abord procéder à des démolitions, comme celle de la concession automobile BMW le long des quais. « Elle se trouve pile dans l’alignement du futur accès au pont Simone-Veil, et elle sera démolie dans le cadre d’une opération urbaine qui va créer un mail pour rejoindre les berges, mais cette concession reviendra en pied d’immeuble, donc dans une autre configuration. »

Vue du futur Jardin de l'Ars, dans le quartier Euratlantique à Bordeaux.
Vue du futur Jardin de l'Ars, dans le quartier Euratlantique à Bordeaux. - OLM Paysagistes

Le directeur général confirme au passage qu’il conservera la halle Gattebourse. « C’est un patrimoine extraordinaire, et nous aller la racheter à la SNCF dans l’objectif d’y implanter un musée. Nous construirons un bâtiment symétrique, moderne, juste en face, et le jardin d’Ars viendra s’enserrer au milieu de ces deux structures. »

« Un étage en moins sur les bâtiments, c’est 25 % de parc en moins »

Stephan de Faÿ estime que c’est la densité du projet Euratlantique, qui permet de dégager ainsi des espaces à la verdure. « C’est simple : un étage en moins sur les bâtiments, c’était 25 % de parc en moins ; trois étages en moins et il n’y avait plus de parc… » Au passage, il affirme que sur cette partie d’Euratlantique, « on va rendre 25 % de surface à la nature » en désartificialisant les sols.

D’autres parcs, notamment sur la rive droite, sont en projet : le parc Suzanne-Lenglen (4,5 ha) qui est en chantier, et le parc des Côteaux de la Garonne (23 ha) qui rejoindra le parc aux Angéliques.

Démarrage de l’aménagement des quais à l’été 2020

Cela, c'est pour les grands projets. Mais il y aura aussi du travail de dentelle. « Le secteur Euratlantique est truffé de petits espaces verts totalement méconnus » pointe Stephan de Faÿ. « Il ne manque pas grand-chose pour créer des continuités, l’idée étant de proposer des circulations douces et agréables pour tout le monde. »

Vue du futur jardin du sacré coeur, dans le quartier Citernes du périmètre Euratlantique à Bordeaux.
Vue du futur jardin du sacré coeur, dans le quartier Citernes du périmètre Euratlantique à Bordeaux. - AIRSTUDIO-PHYTOLAB

Les berges de la Garonne au niveau du quai de Brienne vont aussi passer entre les mains des paysagistes. « On va être très arborés puisque pour l’aménagement des promenades à partir de la Méca, nous prévoyons plus de 3.000 arbres, annonce Stephan de Faÿ. Et plus on va se rapprocher de Bègles, plus nous aurons des façades végétalisées. L’autre point important sera de créer des liens, au niveau du boulevard Jean-Jacques Bosc pour qu’il ne soit plus une frontière entre les quartiers, et faire en sorte que tous les secteurs puissent accéder à la Garonne. »

Projet de réaménagement des quais à Bordeaux dans le secteur Saint-Jean-Belcier
Projet de réaménagement des quais à Bordeaux dans le secteur Saint-Jean-Belcier - Exit Paysagistes Associés

Les travaux sur les quais démarreront à l’été 2020. « Ils seront relativement lents, prévient Stephan de Faÿ, l’objectif étant de garder des files de circulation, car il y a encore du trafic à cet endroit. » Des files qui seront toutefois éloignées des berges, pour réserver celles-ci aux piétons.

La Rue Bordelaise végétalisée

L'architecture de la future Rue Bordelaise gardera la pierre comme matériau principal
L'architecture de la future Rue Bordelaise gardera la pierre comme matériau principal - Apsys

La question de la végétalisation a également été abordée concernant le projet de Rue Bordelaise, cette immense rue commerçante qui doit relier la gare aux quais. « Il y a eu une concertation en début d’année, et on a retravaillé le projet, explique le directeur d’Euratlantique. Elle aura la largeur du cours de l'Intendance (19 m) mais avec plus de plantations, car là aussi, nous voulons accorder plus de place au végétal, pour que l’on ait envie de flâner à cet endroit. Il y aura également un grand garage à vélo gratuit, en tête du pont Saint-Jean, qui pourra accueillir du service. Nous espérons pouvoir démarrer ce chantier fin 2021-début 2022, et livrer le projet en 2024-2025. »

Enfin, si le travail sur ces îlots de fraîcheur se fait à l’échelle du sol, il se passe aussi au niveau des toitures, comme sur la terrasse du parking Indigo d’Ars-Belcier. « Et cela passera aussi par la végétalisation des pistes cyclables » ajoute Stephan de Faÿ.

Bref, tout sera bon à prendre pour atteindre cet objectif de 50 ha.

Pour proposer plus d'espaces verts, le quartier Euratlantique privilégie notamment les toitures végétalisées.
Pour proposer plus d'espaces verts, le quartier Euratlantique privilégie notamment les toitures végétalisées. - M.Bosredon/20Minutes