Bordeaux: Des perturbations à prévoir lundi sur le tram après l'agression d'un conducteur

VIOLENCE Un conducteur a été bousculé puis frappé à terre à la station Bourgogne

Mickaël Bosredon

— 

Tramway à Bordeaux
Tramway à Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes
  • Ce conducteur de tram a été violemment frappé alors qu'il était à terre.
  • La colère monte au sein du personnel de Keolis sur la question de l'insécurité.
  • Un appel à la grève a été lancé pour lundi matin et le réseau devrait être touché, notamment sur les lignes A et B du tramway.

Un mouvement de grève va affecter le service de transports en commun TBM ce lundi. Le tram C devrait circuler normalement, en revanche les lignes A et B ne circuleront qu'entre 6h30 et 20h30, avec une fréquence d'un tram toutes les 7'30 sur le tronc commun de chaque ligne, et de 15 minutes sur les stations des antennes. Des perturbations sont aussi à prévoir sur les lignes de bus.

Ce mouvement de protestation des agents de TBM fait suite à l'agression d'un conducteur dimanche 5 mai. Selon nos informations, ce conducteur aurait demandé à un passager qui gênait les circulations au niveau d’une porte du tramway de se déplacer. Ce dernier l’aurait alors poussé sur le quai puis roué de coups à terre, le touchant à la tête et à l’abdomen. Le conducteur s’est vu prescrire une interruption de travail d’une semaine.

Des contrôleurs bousculés

La colère est montée dans les rangs du personnel de Keolis durant la semaine. D’autant que des scènes de bousculade, cette fois-ci à l’encontre de contrôleurs, se sont produites mardi et mercredi. Et c’est sur les réseaux sociaux que la grogne s’est le plus exprimée.

Contactée vendredi, la direction de Keolis a confirmé ces agressions, et dénonce la violence de celles-ci, particulièrement celle de dimanche.

Pas d'augmentation du nombre d'agressions affirme la direction

« Il se trouve, explique le directeur de Keolis, qu’un syndicat [la CGT] avait déposé un préavis en février [il ne portait pas sur l’insécurité mais sur la problématique du pouvoir d’achat], et il court jusqu’à la fin du mois de juin. Ce préavis permet de réduire le délai entre le moment de l’appel à la grève, et le début effectif du mouvement. » En revanche, « il ne sera pas possible de faire rouler les trams à 20 km/h en guise de protestation comme je l’ai entendu, prévient Hervé Lefèvre, cela est illégal. »

La direction assure par ailleurs que le nombre d’agressions sur le réseau n’est pas en augmentation : « il y en a eu 110 en 2018, et nous en sommes à 24 à fin avril » pointe Hervé Lefèvre. Plusieurs syndicats avaient cependant déjà exprimé leur inquiétude dès le début de cette année, concernant l’insécurité sur le réseau. La direction assure qu’une table ronde avec les services de police est prévue dans le courant de la semaine prochaine sur le sujet.