Bassin d'Arcachon: Mais quel est donc ce puits de pétrole qui va être exploité d'ici à la fin de l'année?

ENERGIE Le pétrolier Maurel & Prom vient d’annoncer qu’il exploitera un puits de pétrole au Teich d’ici à la fin de l’année

Mickaël Bosredon

— 

A Parentis, se trouve le plus gros puit d'extraction de pétrole de la société Vermilion.
A Parentis, se trouve le plus gros puit d'extraction de pétrole de la société Vermilion. — Société Vermilion
  • Maurel & Prom bénéficiait déjà d’un permis d’exploration sur une large zone du Bassin d’Arcachon.
  • Le forage d’un puits au Teich, démarré le 20 février, a rencontré des réservoirs de pétrole brut.
  • Il s’agit d’une nappe modeste, évaluée à un million de barils, mais qui représente « un réel intérêt économique » pour le pétrolier.
  • Si la loi Hydrocarbures de 2017 est censée ne plus délivrer de nouveaux permis, ceux accordés auparavant peuvent se poursuivre.

Le groupe pétrolier français Maurel & Prom vient d’annoncer qu’un forage d’exploration au Teich, sur le Bassin d’Arcachon, a rencontré des réservoirs « imprégnés de pétrole brut ». 20Minutes fait le point sur cette découverte.

Quel est ce nouveau réservoir de pétrole découvert à Mios ?

L’entreprise pétrolière française Maurel & Prom bénéficiait déjà depuis 2013 d'un permis d'exploration sur la zone de Mios, en Gironde, d’une surface d’environ 60 km2 et qui couvre les communes du Teich, de Gujan-Mestras et de Biganos. Le 20 février dernier, Maurel & Prom a commencé le forage du puits de Caudos-Nord, au Teich. Le 30 mars, le puits a atteint sa profondeur finale après avoir rencontré des réservoirs imprégnés de pétrole brut. Ce résultat d’exploration positif a conduit le groupe à réaliser un puits d’appréciation, qui a débuté mi-avril, ce qui signifie que le pétrole sera extrait de ce gisement.

S’agit-il d’un important gisement ?

Interrogé par 20Minutes, le responsable de la communication de Maurel & Prom indique qu’il s’agit d’un gisement « très modéré. » « On parle d’un million de barils, à titre de comparaison, celui que l’on exploite au Gabon est de l’ordre de 151 millions de barils et celui en Tanzanie de 39 millions de barils. » Toutefois, Maurel & Prom assure que ce gisement représente « un réel intérêt économique » car il ne nécessite pas de grosse infrastructure, et qu’il s’agit de pétrole conventionnel de bonne qualité, équivalent au brent, dont la cote est remontée à 74 dollars le baril. Maurel & Prom envisage de démarrer l’extraction d’ici à la fin de l’année, et, au rythme de 100.000 barils par an, l’exploitation devrait durer une dizaine d’années.

A-t-on encore le droit d’extraire du pétrole en France ?

Suite à la loi Hydrocarbures, adoptée fin 2017, aucun nouveau permis de recherche d’hydrocarbures ne doit être attribué en France, ce qui est censé mettre un terme à la recherche et l’exploitation de nouveaux gisements. Mais les concessions actuelles peuvent continuer à être exploitées, même si la plupart ne devraient pas être renouvelées au-delà de 2040. En résumé, « les permis qui ont été délivrés avant 2018 iront à leur terme » explique le responsable communication de Maurel & Prom, qui précise que s’il n’est « pas exclu » que l’on trouve d’autres puits sur cette zone de Mios, il n’est pas prévu de nouveau forage d’extraction.

La région est-elle une zone pétrolière ?

L’ex-Aquitaine est considérée comme le principal bassin pétrolier de France, avec l’Ile-de-France. Notamment le site de Lacq, près de Pau, où on a découvert du pétrole en 1949. Il a commencé à être exploité par la Société nationale des pétroles d’Aquitaine, puis  Elf Aquitaine, devenu Elf par la suite. Un autre opérateur industriel historique dans la région, est le canadien Vermilion, qui possède plusieurs sites d’extraction et qui a installé son siège social européen à Parentis-en-Born (Landes), où on a découvert du pétrole en 1954. Sur le Bassin d’Arcachon l’exploitation a commencé au début des années 1960, et se poursuit encore, car outre le permis de Mios, d’autres puits sont en activité, comme au Cap-Ferret.

En 60 ans d’activité d’exploration et d’exploitation du pétrole en France, une centaine de gisements ont été découverts en métropole pour une production cumulée d’environ 100 millions de tonnes de pétrole brut (700 millions de barils). La production française de pétrole s’établit à ce jour à 815.000 tonnes par an, soit 1 % de la consommation nationale.