Bordeaux: Que va devenir la passerelle Eiffel fermée à la circulation ferroviaire depuis 2008?

PATRIMOINE Des travaux de stricte conservation sont en cours depuis deux mois sur la passerelle Eiffel qui a été classée au titre des Monuments historiques en 2009

Elsa Provenzano

— 

La passerelle Eiffel est fermée à la circulation ferroviaire depuis 2008.
La passerelle Eiffel est fermée à la circulation ferroviaire depuis 2008. — SNCF Réseau
  • La passerelle Eiffel a échappé à la destruction après la fin de son destin ferroviaire grâce à un classement au titre des Monuments historiques.
  • Des travaux ont démarré pour la remettre en état avant qu’elle ne soit cédée à la métropole puis à Euratlantique.
  • Plusieurs idées ont émergé concernant la seconde vie de l’ouvrage.

Sauvée in extremis de la destruction, envisagée en 2008, par son classement au titre des Monuments historiques, en 2009, la passerelle Eiffel fait partie du patrimoine bordelais. Depuis deux mois, SNCF Réseau réalise en tant que maître d’ouvrage des travaux de stricte conservation avant qu’elle ne devienne propriété de l’établissement public Euratlantique.

Pourquoi le pont métallique est-il fermé à la circulation depuis 2008 ?

Pour faire sauter le bouchon ferroviaire de Bordeaux (problèmes de saturation du trafic), il fallait doubler les voies de circulation des trains et la passerelle ne disposait que de deux voies. Sur cet ouvrage construit entre 1856 et 1860, ces travaux d’ampleur ont été considérés comme trop coûteux. Un deuxième pont à quatre voies a été construit par SNCF Réseau (RFF à l’époque) et mis en service en 2008.

En quoi consistent les travaux réalisés sur l’ouvrage ?

Depuis deux mois et jusqu’à l’automne des travaux de « stricte conservation », c’est-à-dire de remise en état des supports métalliques et des peintures sont en cours sur la passerelle. L’opération est délicate puisque des chambres de confinement doivent être installées pour traiter la peinture au plomb afin d’éviter que des particules ne se retrouvent dans la Garonne. Le coût total, supporté par l’Etat, la métropole, la ville de Bordeaux et Euratlantique, s’élève à 4 millions d’euros.

Quelles sont les pistes envisagées pour la seconde vie de la passerelle ?

A la fin des travaux, SNCF Réseau cédera l’ouvrage à la métropole pour qu’in fine Euratlantique en récupère la propriété, normalement avant 2020. Sans vocation ferroviaire, l’ouvrage ne pouvait rester dans le giron de l’entreprise et il ne peut pas être détruit puisque classé. Différents appels à idées auprès d’écoles d’architecture ont eu lieu. Des projets de circulations douces (piétonnes et cyclistes), des bureaux ou même un marché gourmand ont été envisagés mais rien n’est encore fixé puisque ce sera au futur propriétaire de trancher.