Bordeaux: A moins d’un an des municipales, la campagne d’affichage présentant le nouveau maire LR passe mal auprès de l’opposition PS

POLEMIQUE L’opposition a saisi la commission nationale des comptes de campagne après le lancement d’une campagne d’affichage pour faire connaître le nouveau maire de Bordeaux, à moins d’un an des élections municipales

Elsa Provenzano

— 

Une campagne d'affichage a été lancée ce mercredi et doit se poursuivre jusqu'au 23 avril.
Une campagne d'affichage a été lancée ce mercredi et doit se poursuivre jusqu'au 23 avril. — C.Carpentier / 20 Minutes
  • Une campagne d’affichage présentant le maire de Bordeaux a été déployée dans toute la ville, depuis ce mercredi.
  • L’opposition socialiste a saisi la Commission nationale des comptes de campagne, arguant que Nicolas Florian a fait part de son intention de se présenter aux municipales de 2020.
  • La mairie répond que c’est dans un délai de six mois avant l’échéance électorale que les communications du maire sortant sur le réseau municipal sont restreintes par la loi.

La nouvelle campagne d’affichage destinée à faire connaître aux Bordelais le visage de leur nouveau maire, Nicolas Florian (LR), passe mal auprès de l’opposition socialiste. Une centaine de grandes affiches ont fleuri partout en ville ce mercredi pour une campagne qui doit se poursuivre jusqu’au 23 avril.

« Nous n’avons rien dit lorsqu’il s’est servi du journal municipal pour s’afficher en Une et dont le contenu était très orienté, écrit ce jeudi Matthieu Rouveyre, conseiller municipal socialiste, dans un communiqué. On ne peut pas aujourd’hui rester silencieux quand on voit qu’il a utilisé des centaines de panneaux d’affichage normalement destinés à informer les Bordelais sur les politiques publiques et les services à leur disposition pour de la propagande électorale ».

« Ils ont le droit de connaître sa bobine ! »

Du côté de la mairie on explique que c’est une campagne d’information et que la loi prévoit un arrêt des communications de ce type six mois avant les élections (qui auront lieu en mars 2020). « Le changement a été assez brutal, Alain Juppé était connu des Bordelais depuis 25 ans, explique Ludovic Martinez, directeur de cabinet de Nicolas Florian. Les gens qu’il administre ont le droit de connaître sa bobine ! »

Le groupe socialiste a saisi la commission nationale des comptes de campagne pour qu’elle tranche sur la légalité de la campagne, pointant que Nicolas Florian a déjà fait part de son intention de se présenter à la mairie en 2020 . « On ne juge pas des intentions mais des faits », rétorque Ludovic Martinez.

Comme il n’y a pas eu d’achat d’espaces et que les affiches ont été installées sur le réseau municipal, le coût de la campagne ne s’élève qu’à 1.500 euros. « On est complètement sereins », conclut le directeur de cabinet du maire de Bordeaux.