Bordeaux: Métro, trolleybus, téléphérique... Le plan du président de la métropole pour résorber la congestion

TRANSPORTS Le nouveau président de Bordeaux Métropole, Patrick Bobet, dévoile ses pistes pour renforcer les transports en commun et lutter contre les embouteillages sur la rocade

Mickaël Bosredon et Elsa Provenzano

— 

Patrick Bobet, président (LR) de Bordeaux Métropole, et maire du Bouscat.
Patrick Bobet, président (LR) de Bordeaux Métropole, et maire du Bouscat. — M.Bosredon/20Minutes
  • Patrick Bobet a déjà une évaluation pour un éventuel métro à Bordeaux, dont le coût serait de l'ordre d'un milliard d'euros.
  • L'étude pour sa faisabilité a été lancée et il annoncera sa décision avant la fin de l'année.
  • D'autres pistes sont étudiées, comme le trolleybus pour les villes périphériques.

Dans un entretien à 20 Minutes, le nouveau président de Bordeaux Métropole, le maire du Bouscat Patrick Bobet (LR), dévoile son plan pour sortir l’agglomération de la congestion. Et n'exclut pas la possibilité du métro.

Un trolleybus pour les villes périphériques ?

« On doit réfléchir au coût et à l’optimisation de l’argent public, insiste Patrick Bobet. Il faut peser ce qui coûte un prix raisonnable tout en transportant un maximum de monde, et ce qui peut sembler plus confortable, plus prestigieux mais qui finalement coûte cher pour ce que ça rapporte. » Un missile envoyé contre le tramway ? « Le tramway a rendu d’énormes services, assure le président de Bordeaux Métropole, c’est un bel outil, mais il n’y a pas que ça. Il existe des équipements plus souples et plus raisonnables en termes de coût, comme le bus ou le trolleybus. » Le trolleybus, qui a déjà fonctionné à Bordeaux dans les années 1950, selon l’élu, « ce n’est pas un gros mot, c’est quelque chose qui existe dans plein de grandes villes dans le monde. » Il s’agit d’un bus électrique alimenté par des Lignes aériennes de contact (LAC) et qui circule sur rail, comme le tramway, mais qui peut aussi rouler sur la route. « Pourquoi pas en installer dans les zones urbaines, à Gradignan, Villenave d’Ornon, Mérignac… Et en plus cela peut se mettre rapidement en place. »

La décision sur le métro sera prise avant la fin de l’année

« Je souhaite que l’on ait une réponse sur un métro avant la fin de l’année », annonce Patrick Bobet. « Pour désengorger le centre-ville et la première couronne avec un mode de déplacement intéressant, nous allons lancer des études pour un système qui passe en l’air – un téléphérique –, ou en sous-sol – un métro, précise-t-il. On a donné quatre mois à un ingénieur pour nous rendre un travail là-dessus. » Le président de Bordeaux Métropole annonce également avoir déjà « une estimation du coût pour le métro, qui serait de l’ordre d’un milliard d’euros pour une ligne, soit le coût de la phase une du tramway. Mais on ne fait pas un métro pour 25 ans, c’est pour un siècle, et il n’y a pas de grosses réparations à faire dessus, contrairement au tramway qui s’use beaucoup plus. Ce serait une bonne réponse à la congestion de Bordeaux, mais j’attends qu’on me démontre si c’est faisable et rentable. »

Utiliser la bande d’arrêt d’urgence de la rocade

« La mise à deux fois trois voies de la rocade, qui va se terminer dans deux ans, va apporter des améliorations de la circulation. Et une quatrième voie va se faire, ce sera la bande d’arrêt d’urgence utilisable dans certains cas. Nous venons d’obtenir l’accord de la ministre des Transports Elisabeth Borne. Cette bande se fera tout le long de la rocade, et sera utilisable par les bus dès qu’il y a des ralentissements importants, et la question se pose pour le covoiturage. Si on trouve en plus un système de retenue des camions en amont de la rocade pour éviter de les laisser y rentrer à certains moments, je pense que l’on va réussir à améliorer considérablement la situation. Cela ne remet pas en cause le projet du grand contournement, car pour moi il est nécessaire. La question, c’est par où le faire passer ? Par l’est, par l’ouest ? Il faudra en tout cas qu’il irrigue des zones d’activité. »

Adapter les horaires

« On est en retard sur le bureau des temps, déplore l’élu. On prétend que la rocade est encombrée du matin au soir ce n’est pas vrai : elle est encombrée à des horaires très précis. Cela veut dire qu’il y a trop de monde en même temps, et qu’il faut donc redistribuer les déplacements en termes d’horaires. Il faut que les entreprises, les collectivités, les hôpitaux, se parlent pour se mettre d’accord sur des décalages. Les lycées aussi. Pourquoi faut-il que tous les lycées de Bordeaux rentrent tous les matins à 8 h ? »