Bordeaux: L’aéroport annonce une phase historique de chantiers pour pousser tous ses murs d’ici 2023

ECONOMIE Alors que l’aéroport de Bordeaux-Mérignac s’attend à accueillir 10 millions de voyageurs sur l’année 2023 (contre 6,8 millions en 2018), il lance de grands chantiers pour augmenter sa capacité d’accueil

Elsa Provenzano

— 

Des chantiers d'envergure sont prévus jusqu'en 2023 sur la zone aéroportuaire.
Des chantiers d'envergure sont prévus jusqu'en 2023 sur la zone aéroportuaire. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • L’aéroport de Bordeaux prévoit toute une série de chantiers d’ampleurs jusqu’en 2023 pour accueillir davantage de voyageurs.
  • Les bâtiments d’accueil, d’embarquement mais aussi les accès et les parkings vont être successivement en travaux.

C’est un changement d’échelle qu’amorce l'aéroport de Bordeaux-Mérignac. Depuis environ dix ans et le lancement du terminal low cost Billi, le trafic a augmenté de 104 %. Avec 6,8 millions de voyageurs en 2018, 7,5 attendus en 2019 et 10 millions en 2023, l’aéroport de Bordeaux-Mérignac veut adapter ses infrastructures à son attractivité.

Hall voyageurs, postes d’avions, parkings, accessibilité des abords de l’aéroport : c’est l’ensemble de l’infrastructure qui va grossir d’ici 2023, sans que la capacité de traitement de trafic ne soit diminuée pendant les travaux. Une enveloppe de 140 millions d’euros au total, dont une moitié en auto-financement et une autre en emprunt, a été validée par les actionnaires de la société aéroportuaire (Etat, CCI et collectivités).

Comment fluidifier le trafic voyageur ?

Pour éviter aux voyageurs de trop longues files d’attente, il est prévu la construction d’un bâtiment de jonction entre les halls A et B, pour un montant de 47 millions d’euros. Il accueillera un grand poste d’inspection de filtrage unique en mesure de contrôler 1.500 à 1.600 passagers par heure contre 600 actuellement sur le hall B.

Les passagers se retrouveront ensuite dans une grande zone commerciale et d’attente d’environ 5.000 m2 avant d’être dispatchés vers les différentes zones d’embarquement. Un système unique de traitement des bagages sera aussi mis en place pour les halls A et B.

Le terminal Billi, qui a déjà été agrandi, sera étendu de 5.000 m2 environ de surfaces complémentaires d’ici 2021. Avec l’installation des bases d'Easyjet et de Ryanair ces dernières années, il porte une grande partie de la croissance de l’aéroport. Il sera équipé d’un nouveau système de traitement de bagages automatisé.

Comment accéder plus facilement à l’aéroport ?

« Dans les deux prochaines années, on va franchir des étapes importantes sur l’accessibilité, a souligné Pascal Personne, directeur de l’aéroport. Le tramway est annoncé pour fin 2021, début 2022 ». En attendant, et dès cette année, un bus à haut niveau de service et appelé technobus permettra de relier le Haillan à Pessac en passant par l’aéroport.

D’ici 2023, les différents parkings de la zone aéroportuaire vont être réaménagés et quelque 3.000 places supplémentaires y seront créées d’ici 2023.

Comment traiter davantage de vols ?

Au total, l’aéroport dispose de 28 postes de stationnement pour les avions et il va en gagner six d’ici 2023. Le terminal Billi, va pouvoir accueillir quatre avions en plus, ce qui lui permettra de traiter dix vols en simultané à l’été 2021.

La société aéroportuaire réfléchit aussi au-delà de 2023, à optimiser ses voies de circulation aéronautiques. Il existe deux pistes, qui ne sont pas utilisées simultanément, mais dont il est possible d’augmenter la capacité avec des bretelles d’accès. Bref, l’aéroport n’est qu’au début de sa transformation.