A quoi va ressembler Bordeaux en 2050? Quatre scénarios imaginés avec l’écologie comme marqueur fort

POLITIQUE FICTION Les élus ont présenté les conclusions de la concertation Bordeaux 2050 qui s’était donnée pour mission de faire émerger les priorités pour la ville de demain. Des militants écologistes se sont invités à la présentation pour défendre un projet de forêt urbaine

Elsa Provenzano

— 

Pendant environ 1 an et demi 120.000 personnes ont été associées à la concertation Bordeaux 2050.
Pendant environ 1 an et demi 120.000 personnes ont été associées à la concertation Bordeaux 2050. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Après un an de réflexion sur l’avenir de la métropole bordelaise à 30 ans, associant citoyens et experts, une restitution a été livrée ce vendredi.
  • Quatre scénarios de la ville du futur imaginée à partir des contributions ont été présentés.
  • Des militants d’action non violente Cop 21 se sont invités à la présentation pour défendre un projet de forêt urbaine à la Jallère, site sur lequel une opération immobilière d’ampleur est programmée.

Lancée en février 2018 par Bordeaux Métropole, la grande réflexion associant citoyens et experts sur l’avenir de l’agglomération à l’horizon 2050 est terminée. « Il y a eu un vrai succès de la concertation avec 120.000 personnes touchées », s’est félicité Patrick Bobet, président de la métropole, vendredi, lors de la restitution finale. Les villes de Bruxelles, Madrid, Bilbao et Buenos Aires s’intéresseraient même à la démarche Bordeaux Métropole 2050 et pourraient s’inspirer de son modèle.

Plusieurs élus dont le maire de Bordeaux et le président de la Métropole ont présenté une restitution de ce programme de concertation.
Plusieurs élus dont le maire de Bordeaux et le président de la Métropole ont présenté une restitution de ce programme de concertation. - E.Provenzano / 20 Minutes

Qui a participé ?

Bordeaux Métropole explique que c’est un public jeune, ainsi 75 % des participants au serious game organisé dans le cadre de la concertation ont moins de 49 ans et 55 % moins de 39 ans. Un public qu’elle estime difficile à toucher via les instances participatives classiques.

Pour toucher un maximum d’habitants des 28 communes de la métropole, des rencontres, débats, hackathons, créathons, concours, serious game et questionnaires en ligne ont été mobilisés.

Quels sont les scénarios retenus ?

Parmi les 2.000 propositions, 450 ont été retenues pour imaginer quatre scénarios pour Bordeaux dans 30 ans. Le premier baptisé « la métropolisation continue finit par s’autoréguler » compte sur la concentration de richesses et le dynamisme de la métropole, explique Jacques Mangon, vice-président métropolitain en charge de Bordeaux Métropole 2050. En clair « tout finira par s’arranger » et il ne faut rien changer.

Le deuxième « l’exigence décarbonée règle la ville » estime que l’impératif de transition énergétique doit supplanter toutes les autres priorités. « On y parle de péages urbains, d’interdiction des véhicules diesel en 2025, d’interdiction de construction en béton et d’obligations fortes liées au plan local d’urbanisme ». Jugé très cohérent par l’élu, il est aussi selon lui « difficile à mettre en œuvre, liberticide et très coûteux ».

Les préoccupations écologiques sont aussi au cœur du troisième scénario « La nature redessine la ville ». L’idée est de réorganiser le projet urbain autour de ses potentiels naturels, ce qui passe par « une maîtrise foncière forte et une planification forte ». Le dernier, qui a la préférence de Jacques Mongon, prône « l’équilibre des territoires » avec le passage à une logique polycentrique (plutôt que concentrée autour de la ville-centre) dans une aire d’influence de 50 à 80 kilomètres autour de la métropole. Un choix qui passerait par des liaisons ferroviaires améliorées et une interdépendance des territoires sur le plan énergétique et alimentaire, par exemple.

Qu’est-ce que les élus vont faire de ces conclusions ?

Nicolas Florian, maire de Bordeaux, perçoit ces conclusions comme « une boîte à idées » dans lequel il pourra faire son « marché ». Pour le président de la métropole, ce sera forcément un « mix des quatre scénarios » mais les résultats ne le surprennent pas et confortent même, selon lui, les chantiers déjà engagés. Pour Alain Anziani, maire de Mérignac, il y a tout de même des questions minorées comme celle des migrations et du progrès technique. « L’avenir sera aussi ce qu’on ne peut pas imaginer », glisse-t-il.

Des militants d'ANV Cop 21ont offert un arbre au maire de Bordeaux pour l'alerter sur leur opposition au projet urbain de la Jallère.
Des militants d'ANV Cop 21ont offert un arbre au maire de Bordeaux pour l'alerter sur leur opposition au projet urbain de la Jallère. - E.Provenzano / 20 Minutes

Quel était le message des militants écologistes qui se sont invités à la restitution ?

A la fin de la présentation, des militants d’action non violente (ANV) Cop 21 ont joué les invités surprises pour alerter le maire de Bordeaux sur le projet urbain de la Jallère prévu au nord de Bordeaux, sur une zone humide. « On ne peut plus se permettre d’artificialiser une seule zone naturelle », a alerté Juliette, une des militantes présentes sur place.

Alors qu’une opération urbanistique mixant logements et activité professionnelle est prévue par la mairie de Bordeaux, il est proposé de planter une forêt urbaine avec une partie en vergers comestibles. Un cerisier a d’ailleurs été offert au maire de Bordeaux à l’occasion de son anniversaire et il a été invité à le planter sur le site. Après un nettoyage collectif du site, programmé le 29 avril, les militants veulent commencer à planter des arbres dès l’automne 2019, compte tenu de « la lenteur et de la partialité » de la concertation menée par la Ville. Le maire de Bordeaux s’est dit prêt à les rencontrer « très rapidement » pour discuter du projet. Beau joueur, il a aussi salué leur « joli coup de communication ».