VIDEO. Bordeaux: La Halle Héméra, un nouvel espace de coworking ultra-stylé vient d'ouvrir

TENDANCE Créée par quatre entrepreneurs, la Halle Héméra, un nouvel espace de coworking, vient de s'installer dans l'atrium de l'ancienne usine Marie-Brizard rue Fondaudège à Bordeaux

Mickaël Bosredon

— 

La Halle Héméra, à Bordeaux, dans l'atrium de l'ancienne usine Marie-Brizard.
La Halle Héméra, à Bordeaux, dans l'atrium de l'ancienne usine Marie-Brizard. — M.Bosredon/20Minutes
  • La rénovation du site a permis de garder l'esprit Eiffel de cette halle industrielle, tout en lui donnant des lignes contemporaines.
  • L'espace de coworking propose 200 postes de travail, en bureaux fermés ou en open space.
  • Une magnifique terrasse offre une vue imprenable sur Bordeaux.

« L’entrée par l’atrium fait généralement son petit effet "waouh" », prévient Julien Parrou. On confirme. La rénovation de l’atrium de l'ancien site industriel de Marie-Brizard, rue Fondaudège à Bordeaux, qui accueille désormais l’espace de coworking de la  Halle Héméra, est tout simplement fabuleuse. De l’art d’avoir réussi à conserver tout l’esprit de cette halle industrielle XIXe, à l’influence Eiffel, en l’inscrivant pleinement dans le XXIe grâce à des lignes résolument contemporaines.

Fondé par quatre entrepreneurs, Julien Parrou (Actiplay-ex ConcoursMania), Benoit Droulin et Grégory Lefort (Azendoo) et David Ducourneau (Sports Aventure), Héméra est à la fois un accélérateur de start-up, et un lieu de coworking. Pour le coworking, la halle, officiellement inaugurée jeudi soir, est un lieu multi-usages, avec des bureaux fermés, de l’open space… « Au rez-de-chaussée, il y a des postes de travail en journée et la possibilité en soirée de passer en mode conférence pour des interventions extérieures. Au total on dispose de 200 places. Les premières boîtes sont arrivées en février, comme McMa ou Red Bull », commente Julien Parrou.

« Le marché du coworking va se multiplier par trois ou quatre »

Et malgré la forte concurrence à Bordeaux sur le terrain du coworking, on se bouscule au portillon de la Halle Héméra, assure Julien Parrou. « Il y a une quarantaine de lieux de coworking sur Bordeaux aujourd’hui, recense le chef d’entreprise. Mais il faut savoir qu’il y a quelques années seul 1 % des espaces de bureaux étaient concernés par le coworking, aujourd’hui on se situe entre 3 et 4 % en France, et en Angleterre on est déjà passé à plus de 10 %. On n’en est qu’au début, le marché va encore se multiplier par trois ou quatre. »

S’il assure que beaucoup d’entreprises, et notamment les petites structures de moins de dix salariés, sont gagnantes avec la formule du coworking, Julien Parrou est « persuadé » qu’il va falloir concevoir des « concepts de grande taille qui ont de la gueule » pour répondre à leurs attentes. Et surtout, « qui proposent des services. »

De 80 euros à 350 euros par mois, en formule tout inclus

La Halle Héméra coche toutes ces cases. « L’atrium est organisé autour d’un grand bar de deux fois dix mètres, qui va permettre aux coworkers de prendre un verre ou de manger un morceau le midi. Il sera exploité par le groupe Arom, qui possède le traiteur Lacoste. »

Concernant les bureaux, « aujourd’hui les entreprises veulent de la souplesse dans l’usage des locaux », assure Julien Parrou. « C’est ce qu’on offre, puisqu’il n’y a pas de bail et on facture au poste. » Et, « tout est inclus » dans les formules proposées. « Un bureau fermé c’est 350 euros par mois et par personne, avec l’électricité, les taxes, le nettoyage, le wifi… En open space le tarif passe à 300 euros par mois, dans les coursives où les bureaux sont un peu mois fermés on est à 220 euros par mois. Et l’entrée du service est à 80 euros par mois, pour des personnes qui veulent juste un poste pour quinze jours par mois. »

Une quinzaine de start-up « accélérées »

La partie « accélérateur d’entreprises » – ou accompagnement – est déconnectée de la halle, insiste Julien Parrou. « En gros, on accompagne une quinzaine de jeunes start-up, et elles ne sont pas toutes dans la halle. En revanche, on tient à ce qu’elles puissent bénéficier du lieu et de ses services, quand elles le souhaitent. »

Comme la terrasse. La halle offre en effet un magnifique « roof top » avec vue imprenable sur Bordeaux. Où le coworker pourra prendre un verre pour se détendre. Et ça aussi, ça fait son petit effet « waouh ».