«On change d'ère politique», comment le futur maire de Bordeaux constitue son équipe

POLITIQUE Désigné comme successeur d’Alain Juppé par la majorité municipale, Nicolas Florian a proposé à Fabien Robert, adjoint à la culture, de devenir premier adjoint et à Alexandra Siarri, en charge de la cohésion sociale, de prendre la deuxième place

Elsa Provenzano

— 

Fabien Robert, maire-adjoint de Bordeaux en charge de la culture Lancer le diaporama
Fabien Robert, maire-adjoint de Bordeaux en charge de la culture — M.BOSREDON
  • Nicolas Florian, choisi par la majorité municipale pour succéder à Alain Juppé (ce sera voté en conseil municipal le 7 mars) a commencé à composer son équipe municipale.
  • Fabien Robert, adjoint à la culture, a accepté de devenir premier adjoint et Alexandra Siarri, chargée de la cohésion sociale et territoriale, endossera le rôle de deuxième adjointe.

Le conseil municipal du 7 mars prochain se prononcera officiellement sur l’élection du maire de Bordeaux et de ses adjoints, après la démission surprise d'Alain Juppé annoncée le 13 février dernier. On sait déjà que la majorité s’est prononcée en faveur de l'actuel adjoint aux finances Nicolas Florian (LR), et celui-ci vient de faire des propositions à des membres de l’équipe municipale.

Parmi eux, Fabien Robert, 34 ans, adjoint à la culture (Modem) a accepté d’endosser le rôle de premier adjoint, prenant la place laissée par Virginie Calmels, qui a annoncé son départ de la vie politique. Celui qui est aux côtés d' Alain Juppé depuis 11 ans et qui est engagé auprès de François Bayrou depuis l’âge de 16 ans s’est laissé le temps de la réflexion, avant d’accepter la proposition de Nicolas Florian. C’est notamment la volonté affichée de constituer une « équipe plurielle ni très marquée à droite ni à gauche » dans la lignée d’un Chaban et d’un Juppé « rassembleur » qui a participé à le convaincre.

« Attentif à ceux qui n’appartiennent à aucun parti »

Pour lui « on change d’ère politique » dans la capitale girondine, puisque la ville a eu à sa tête un ancien Premier ministre pendant 71 ans (Jacques Chaban-Delmas puis Alain Juppé, avec une parenthèse de deux ans pendant laquelle Hugues Martin a été maire par intérim).

Alexandra Siarri, 47 ans, adjointe au maire (non encartée) en charge de la cohésion sociale et territoriale, a accepté de son côté de devenir la deuxième adjointe du futur maire et sa délégation devrait « prendre de l’ampleur ». Après des échanges avec Nicolas Florian, elle explique avoir été « rassurée sur la place des femmes et sur la possibilité d’aller plus loin sur le pacte de cohésion sociale et territoriale ».

Elle a créé le collectif de réflexion appelé « Bordeaux Demain » qui rassemble des membres de la société civile. « Nicolas Florian m’a confirmé que pour lui il y a de la place pour les appareils et les logiques d’alliance mais qu’il était aussi très attentif à ceux qui n’appartiennent à aucun parti », souligne-t-elle.

Un nouveau style

Tous deux avertissent qu’ils n’ont pas l’intention d’expédier les affaires courantes en attendant les élections de 2020. « Je lui ai dit que je m’engageais derrière un maire et pas un maire intérimaire, souligne Fabien Robert. Un maire dans la durée qui est là pour démarrer et pas pour finir. » Alexandra Siarri met en avant un maire « nouvelle génération » qui va amener du changement dans sa future gouvernance, son style. Le futur premier adjoint ne dit rien d’autre : « Personne ne remplace Alain Juppé mais le maire aura un nouveau style et ce sera à lui de le montrer. »

Ils laissent le soin au futur maire de la ville, de dévoiler sa future feuille de route lui-même. Pour Alexandra Siarri ses priorités auront à voir avec « la crise démocratique, l’accélération de la transition écologique et la révolution des métiers et du travail ».