VIDEO. Bordeaux : «C’est une surprise, mais pas la fin du monde», les Bordelais réagissent au départ de Juppé

REPORTAGE «20 Minutes» est allé à la rencontre des Bordelais au lendemain de l’annonce du départ imminent d’Alain Juppé de la mairie de Bordeaux

Mickaël Bosredon et Elsa Provenzano

— 

Les Bordelais vont avoir prochainement un nouveau maire par intérim.
Les Bordelais vont avoir prochainement un nouveau maire par intérim. — M.Bosredon / 20 Minutes
  • Les Bordelais rencontrés par 20 Minutes sont surpris et parfois attristés du départ du maire de Bordeaux.
  • Certains pensent qu’il a songé à préparer sa succession et même qu’il gardera une influence sur la ville depuis le conseil constitutionnel.

« On est très attristées, mais comme je l’ai lu quelque part, il vaut mieux qu’il parte trop tôt que trop tard », réagit Diane, 65 ans, accompagnée par son amie Nolween, 70 ans, toutes les deux retraitées et bordelaises d’adoption. La peur de faire « le mandat de trop », c’est en partie ce qui a poussé Alain Juppé à accepter la proposition de Richard Ferrand d'intégrer prochainement le conseil constitutionnel, renonçant à terminer son mandat de maire.

« Je pensais qu’il ne partirait jamais, c'est une vraie surprise », lâche Sophie, bordelaise depuis quatre ans, à qui l’on apprend la nouvelle ce jeudi matin et qui a du mal à y croire. « C’est une surprise mais ce n’est pas la fin du monde, nuance Valentin, 24 ans, qui vit à Talence. Il est vrai que comme Collomb à Lyon, Juppé est associé à Bordeaux : c’est un homme-ville mais la vie continue ». Beaucoup d’internautes ayant répondu à notre appel à témoignages en ligne estiment comme Maryse que c’est « dommage pour Bordeaux et ses habitants ».

« La ville est plus ouverte »

Sa participation à l’embellissement de la ville depuis près de 25 ans est saluée par nos interlocuteurs : « Bordeaux est devenue une belle ville, très dynamique, même si cela va trop vite parfois, la ville est en perpétuel chantier et c’est infernal, estiment Diane et Nolwenn. Mais par rapport à ce que l’on a connu il y a 30 ans, la ville est plus ouverte, elle n’est plus refermée sur elle-même. Il y a autant de retraités que d’étudiants, et les uns calment les autres, quand les autres boostent les uns. C’est un bon équilibre. »

« J’ai appris ce matin (jeudi matin) qu’Alain Juppé allait quitter Bordeaux, en découvrant les Une des journaux, raconte Samih Moukh, kiosquier sur la place de l’Hôtel de ville. A son âge, je trouve cela normal de vouloir se retirer, mais c’est vraiment inattendu. C’est une grosse surprise. Maintenant, la question, c’est qui pour le remplacer ? »

Toujours un œil sur Bordeaux ?

Après la surprise, c’est bien l'interrogation sur sa succession qui suit. « On ne voit pas bien qui pourra le remplacer mais c’était une telle figure qu’il ne quittera pas vraiment Bordeaux, estime Valentin. A mon avis Virginie Calmels est en embuscade, elle attend ». Diane et Nolween font confiance au sens politique d’Alain Juppé « Je ne crois pas que ce soit quelqu’un qui fonctionne sur un coup de tête et à mon avis il a préparé la suite. En tout cas, il sort avec les honneurs, je trouve », estime une des retraitées. « Son équipe est soudée et je pense qu’il y a des gens qui tiennent la route », ajoute l’autre. « Dans un an on aura le droit à la candidature de son ami Édouard Philippe, tout est mis en scène », estime de son côté Thierry, internaute.

Si son devoir de réserve, auquel l’astreint son siège au conseil constitutionnel, va couper Alain Juppé de la possibilité de prises de position sur la politique locale, les Bordelais semblent convaincus qu’il gardera un œil sur la ville. « Il ne part à l’autre bout de la planète et je suis persuadée qu’il continuera à avoir une influence sur Bordeaux, lance Nolwenn ».