VIDEO.Gironde : Quatre maraîchers vont s’installer aux portes de Bordeaux autour du projet « La ferme de la Glutamine »

ENVIRONNEMENT Le lancement de la construction du corps de ferme, qui va accueillir prochainement quatre agriculteurs, a été célébré ce mardi à Tresses, près de Bordeaux…

Elsa Provenzano

— 

Sur le site de 10 hectares des serres semi-enterrées vont être installer pour le maraîchage.
Sur le site de 10 hectares des serres semi-enterrées vont être installer pour le maraîchage. — E.Provenzano/ 20 Minutes
  • L’association La ferme de la Glutamine accompagne des maraîchers dans leur projet d’installation sur la Métropole.
  • Quatre vont commencer leur activité en mars à Tresses et l’association veut en accompagner 50 sur la Métropole, dans les prochaines années.
  • L’association porte beaucoup d’autres projets qui doivent permettre de rendre le site de Tresses attractif et l’activité des maraîchers rentable.

Le projet de l'association la ferme de la glutamine est touffu. Le maire de Tresses, Christian Soubie a coupé ce mardi un ruban symbolique en présence du fondateur de l’association, Charles Edouard Oksenhendler, à l’emplacement du futur corps de ferme, une des multiples facettes du projet.

Charles Édouard Oksenhendler, Fondateur de la Ferme de la Glutamine (à gauche) et le maire de Tresses Christian Soubie.
Charles Édouard Oksenhendler, Fondateur de la Ferme de la Glutamine (à gauche) et le maire de Tresses Christian Soubie. - E.Provenzano/ 20 Minutes

Sur ce terrain de 10 hectares aux portes de Bordeaux, qui appartenait à la famille de Charles Edouard Oksenhendler, quatre maraîchers vont s’installer dès la mi-mars et être accompagnés par l’association pour développer des techniques innovantes d’agroécologie. Mais il y aura aussi l’implantation d’une école Montessori, la location touristique de micromaisons (tiny houses) construites sur le site, de la restauration ou encore la plantation d’arbustes en partenariat avec la Caisse des dépôts et consignation.

Alors que son père lui répétait qu’il fallait faire un business plan Charles Edouard Oksenhendler a parié sur ce qu’il appelle « l’énergie du cœur ». Pour lui cela a fonctionné puisque cinq ans après ses premières démarches, le chantier de la ferme se lance. L’association compte 800 adhérents qui seront les premiers clients de ces quatre maraîchers installés par l’association. La ferme de la Glutamine parie par exemple sur des serres semi-enterrées qui profiteront de l’inertie du sol pour offrir une climatisation naturelle. « Je rappelle qu’en 2050 il fera 52 °C à Bordeaux selon le groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (GIEC) et les chercheurs du groupe de Rome », lance le fondateur de l’association.

Un objectif de 50 maraîchers sur la Métropole

Dans les prochaines années, l’association a l’ambition d’accompagner 50 maraîchers sur différents terrains de la métropole, notamment ceux d’entreprises qui n’en ont pas l’usage. « Ils ne trouvent pas de foncier agricole en Aquitaine », estime le créateur de l’association.

Jérôme Garcia est l’un des quatre maraîchers qui se préparent à s’installer sur le site de Tresses mais il a davantage un profil de touche-à-tout que d’agriculteur en difficulté. Courtier en prêt et auparavant paysagiste, commercial, employé dans la restauration, il est passé par beaucoup de métiers et se lance un nouveau défi avec ce projet. « Il s’agit de ne pas faire comme tout le monde et d’utiliser de nouvelles techniques pour réussir à produire plus sur moins de m2 ». Il vient de la région parisienne et suit les actions de l’association depuis un an.

Des microsmaisons ou
Des microsmaisons ou - E.Provenzano/ 20 Minutes

Les micromaisons construites sur le site pourraient permettre de loger les agriculteurs mais aussi de faire de la location touristique, activité dont les bénéfices serviraient à aider les maraîchers. « On veut construire une économie du partage », souligne Charles Edouard Oksenhendler. Il rappelle avec enthousiasme que pas moins de « 12 formes différentes de mécénats » viennent nourrir ce projet.