Bordeaux: Pourquoi l'école de management Essca va monter en puissance

ENSEIGNEMENT Cette école de management présente à l’international va notamment réhabiliter l’ancien mess des officiers du quartier Bastide-Niel pour y installer un millier d’étudiants

Mickaël Bosredon

— 

Le bâtiment du mess des officiers de la ZAC Bastide-Niel, accueillera l'école de commerce Essca
Le bâtiment du mess des officiers de la ZAC Bastide-Niel, accueillera l'école de commerce Essca — BMA
  • L’Essca est aujourd’hui présente dans six villes en France et à Budapest et Shanghai à l’étranger.
  • Au regard de la dynamique de la métropole, elle a fait de Bordeaux un emplacement stratégique.
  • Le directeur général de l’Essca insiste sur les partenariats qu’il tisse avec les entreprises locales.

L'Ecole de management Essca (Ecole supérieure des sciences commerciales d’Angers) va monter en puissance à Bordeaux. Installée depuis 2016 dans la capitale girondine, l’Essca possède à ce jour deux sites, rue de Condé et rue Achard, et en aura un troisième en 2020, aux Bassins à Flot. Cela représentera quelque 450 étudiants.

Surtout, elle a annoncé son intention d’investir le quartier Bastide-Niel actuellement en construction. L’Essca installera en 2021 une antenne dans l'ancien mess des officiers, qui sera entièrement réhabilité. Il pourra accueillir quelque 1.000 étudiants, sur 4.700 m2.

Face à l’enjeu du digital, « apporter de la plus-value »

« Nous faisons toujours en sorte d’avoir de belles implantations, explique à 20 Minutes le directeur général de l’Essca Jean Charroin. En plus, c’est un lieu historique dans un quartier appelé à être très dynamique dans les années à venir. »

Le directeur assure que l’aménagement des espaces dans ce bâtiment, qui sera rehaussé, sera primordial. « Face au gros enjeu que représente le digital, il faut apporter de la plus-value, en termes d’accueil, d’outils et d’enseignement. Si un étudiant a en face de lui un enseignant qui dispense des cours de façon aussi peu animée que s’il suivait un diaporama, il n’y a pas de plus-value… » L’Essca insiste par ailleurs sur les partenariats qu’elle tisse avec des entreprises locales. « C’est nécessaire pour coller aux réalités du terrain. »

L’école de management est aujourd’hui présente dans six villes en France (Angers, Cholet, Boulogne-Billancourt, Lyon, Aix et Bordeaux) et deux autres à l’international (Budapest et Shanghai). « Bordeaux est un emplacement stratégique, assure Jean Charroin, notamment parce que c’est une région qui a un flux positif d’étudiants : l’académie attire plus d’étudiants qu’il n’y en a qui partent. »

Un partenariat avec Disney pour des stages à l’étranger

Le « programme phare » à Bordeaux est le programme « Grande Ecole » qui se fait en cinq ans. « Nous proposons en même temps des programmes bachelor, poursuit Brigitte de Faultrier, directrice du campus bordelais : un en management du sport, un en management digital et un autre en management international. »

Pour le programme « Grande Ecole », « les trois premières années sont identiques quel que soit le campus, poursuit la directrice, ensuite les étudiants choisissent un programme master, et en fonction de leurs spécialisations ils se retrouvent sur tel ou tel campus. Ils ont par ailleurs obligation de passer deux semestres sur l’un des campus à l’étranger. Et nous insistons sur l’importance des stages à l’étranger. Nous avons un partenariat avec Disney par exemple, qui permet à une centaine de nos étudiants de partir à Orlando, dont une dizaine de Bordelais. »

En fonction des formations, « il faut compter entre 7.000 et 10.000 euros l'année », annonce Jean Charroin, « hors soutien avec des bourses internes qui existent. » L’Essca propose aussi des contrats en alternance avec des entreprises. « C’est un moyen pour les familles et les étudiants de trouver un bon équilibre financier, estime le directeur, d’où l’importance de travailler avec le tissu d’entreprises locales. »