Gironde: Le PSE de Ford rejeté ce lundi, une «bonne nouvelle» pour Poutou

ECONOMIE La préfecture a annoncé ce lundi dans la soirée le rejet du PSE de Ford pour le site girondin…

E.P.

— 

Le site de l'entreprise Ford à Blanquefort.
Le site de l'entreprise Ford à Blanquefort. — Nicolas Tucat / AFP
  • La Direccte a rejeté le plan de sauvegarde de l’emploi de Ford.
  • Pour Philippe Poutou, c’est une bonne nouvelle car cela laisse du temps au candidat à la reprise du site, Punch, pour affiner son offre de reprise.

Le Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) de Ford a été rejeté. La décision attendue ce lundi de la part de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) a tardé du fait de « demandes de pièces complémentaires qui ont été formulées », souligne la préfecture de la Gironde dans un communiqué.

« En effet, les éléments de la procédure, au regard des points de contrôle qui s’imposent à la Direccte Nouvelle Aquitaine, conduisent à rendre une décision de refus d’homologation du document unilatéral valant plan de sauvegarde de l’emploi. Cette décision a pour objectif de sécuriser l’ensemble des parties, en pointant la non-conformité de la procédure au regard des éléments de droits attendus », détaille-t-elle.

Consolider l’offre de Punch

Philippe Poutou, délégué CGT chez Ford se félicite de cette « bonne nouvelle ». « Cela va obliger Ford à revoir sa copie notamment cela devrait l’obliger à étudier plus sérieusement le projet de reprise défendu par les élus du comité d’entreprise (CE). Cela nous donne quelques semaines de plus pour renforcer les chances d’aboutir à une reprise et donc à sauver l’usine », commente pour 20 Minutes ce lundi soir le leader syndical.

Il nuance néanmoins « ce délai supplémentaire ne garantit pas de réussir car nous savons bien qu’il y a des difficultés aussi du côté du repreneur pour finaliser son projet de reprise. Mais au moins la bataille peut continuer, l’espoir demeure pour nos emplois et pour les emplois induits ».

Jean-Luc Gleyze, président du département et Christine Bost, sa vice-présidente, ont salué dans un communiqué « la sagesse de la décision de la DIRECCTE qui constitue une étape décisive pour le site de Ford Blanquefort. Il convient donc de réunir toutes les conditions d’une reprise du site qui constitue désormais un symbole. Il en va de l’avenir des salariés de Ford, de leurs familles et, au-delà, du territoire. »

870 emplois sont en jeu sur le site de Blanquefort en Gironde, depuis que le constructeur a annoncé sa volonté de se désengager du site, il y a environ un an. La fin de production sur le site a été programmée pour fin août 2019.