Bordeaux : Wanted Community, le groupe aux 130.000 membres soutenu par Facebook, veut grandir sur le terrain de l’action sociale

SOCIETE Un guide sur la ville de Bordeaux vient d’être publié par Facebook avec le soutien de ses groupes parmi lesquels Wanted Community Bordeaux. Ce dernier compte 130.000 membres sur la capitale girondine et veut y développer des actions de solidarité…

Elsa Provenzano

— 

Les trois créateurs de Wanted Community, la responsable communication de Facebook et l'adjoint au tourisme ont collaboré pour réaliser un guide sur Bordeaux.
Les trois créateurs de Wanted Community, la responsable communication de Facebook et l'adjoint au tourisme ont collaboré pour réaliser un guide sur Bordeaux. — A.D
  • Wanted Community Bordeaux a participé à la rédaction d’un guide sur Bordeaux à la demande de Facebook.
  • Après l’ouverture de son café solidaire aux Capucins, elle a plein d'« aspirations sociales » notamment avec l’ouverture d’un centre en lien avec la ville de Bordeaux.

« Gavé bien Bordeaux », c’est le nom du guide édité par Facebook qui a fait appel à ses communautés pour en rédiger les contenus. Il a été présenté ce mercredi au Wanted Café, ouvert par Wanted Community Bordeaux en septembre, près du marché des Capucins à Bordeaux. Cette communauté Facebook qui compte plus de 130 000 membres a contribué au guide, sur la partie « envie de donner un coup de main ». Des adresses de restaurants, de sorties, de visites culturelles complètent le petit livret disponible dès à présent en ligne et au sein de l’office du tourisme, partenaire de la publication.

Les créateurs de Wanted Community ont participé à la création d'un guide sur Bordeaux, à la demande de Facebook.
Les créateurs de Wanted Community ont participé à la création d'un guide sur Bordeaux, à la demande de Facebook. - A.D

Michelle Gilbert, directrice de la communication pour Facebook sur l’Europe du sud avait même fait le déplacement pour le premier lancement de ce guide en France (avant Paris donc) et le troisième à l’échelle européenne. « Il sera enrichi et traduit en anglais », précise-t-elle. Les trois créateurs de Wanted Community rassemblent au total un million de membres dans leurs 82 groupes constitués à travers le monde. Ils avaient déjà attiré l’attention du géant américain, décrochant une dotation d'un million de dollars à l’automne 2018, récompensant leur communauté comme l’une des cinq plus influentes au monde.

Les « aspirations sociales » du groupe à succès

« On a une puissance de frappe parce qu’on compte beaucoup de membres, constate Christian Delachet, l’un des trois créateurs de Wanted Community Bordeaux. On n’est pas des travailleurs sociaux mais on a des aspirations sociales et on s’entoure de gens qui savent faire ».

En septembre, le Wanted café a ouvert à Bordeaux dans un quartier populaire. Les trois jeunes hommes l’ont ouvert en piochant dans leurs économies personnelles. L’établissement reverse 2 % de son chiffre d’affaires à une association locale chaque mois et offre un plat gratuit à une personne dans le besoin au bout de dix repas consommés. Les membres de la communauté ont été consultés pour établir une liste d’associations bénéficiaires.

Les trois créateurs de la communauté portent d’autres projets solidaires, rendus possibles notamment grâce à la dotation d’un million de dollars qu’elle devrait toucher au printemps. D’autres cafés solidaires sur le modèle du wanted café pourraient ouvrir : « notre stratégie c’est de développer une communauté en ligne et d’ouvrir un café solidaire quand elle est mature », précise Christian Delachet qui évoque même « une chaîne ». L’ambition du groupe ne s’arrête pas là, il veut créer son propre média non pas pour « montrer les gens qui souffrent » mais pour « mettre en avant ceux qui décident d’aider les gens de façon cool ».

« Un centre de réinsertion », mêlant logements, opportunités professionnelles, accès à la culture serait en projet en lien avec la ville de Bordeaux. Les possibilités sur un site de « plusieurs milliers de m2 » seraient déjà étudiées par un cabinet d’architecture. Un centre qui devra être « économiquement viable et rentable », souligne Christian Delachet.