Bordeaux: Le RER métropolitain ne sera «pas un réseau comparable à Paris» prévient la SNCF

TRANSPORTS Alors que les élus mettent en place un front commun en faveur d’un RER métropolitain à Bordeaux, la SNCF soutient le projet, mais émet tout de même quelques mises en garde…

Mickaël Bosredon

— 

Trains TER de la région Nouvelle-Aquitaine, en garde de Bordeaux.
Trains TER de la région Nouvelle-Aquitaine, en garde de Bordeaux. — M.Bosredon/20Minutes
  • Ce projet prévoit d’ici à 2028 de relier des villes entre elles sans passer par Bordeaux, et de mieux connecter le réseau TER au réseau urbain de la métropole.
  • Deux nouvelles haltes ferroviaires sont déjà programmées, au Bouscat et à Talence.
  • La SNCF prévient tout de même que l’infrastructure doit être partagée avec le TGV et le fret, et que les usagers ne peuvent donc attendre le même niveau de performance qu’avec un réseau uniquement dédié au transport urbain.

Bordeaux Métropole et la région Nouvelle Aquitaine ont adopté, en décembre dernier, un front commun en faveur de la création d'un RER métropolitain autour de l’aire urbaine de Bordeaux. De quoi s’agit-il ? S’appuyer sur le réseau TER existant, sur les lignes sous-exploitées, et sur des gares ou des haltes abandonnées, pour créer un transport en commun de masse permettant notamment de desservir plusieurs villes autour de Bordeaux, sans nécessairement passer par la gare Saint-Jean.

L’objectif serait notamment de proposer d’ici à 2028 des lignes départementales, comme Saint-Mariens/Langon ou Libourne/Arcachon, sans passer par Bordeaux. Et de connecter des gares TER au réseau de tramway.

« Un besoin absolu de mettre plus et mieux d’offres autour de Bordeaux »

Si les élus tirent, cette fois, tous dans le même sens, qu’en pense la SNCF ? Philippe Bru, de SNCF Mobilités reconnaît qu' « il y a un besoin absolu de mettre plus et mieux d’offres autour de la grande métropole de Bordeaux » et qu’il « faut travailler avec TBM pour que nous soyons en meilleure connexion : il existe 17 gares sur le territoire de la métropole, mais seulement 7 sont connectées au réseau urbain. » Parmi les projets, la création d’une halte au Bouscat est lancée, pour fin 2021 - qui serait connectée à la future ligne D du tramway -, ainsi que des études pour la création d'une halte à Talence-Médoquine, pour 2023.

Pour la SNCF, il faut donc d’abord améliorer l’existant, puis renforcer l’offre, « pour permettre de faire de l’est-ouest et du nord-sud sans rupture de charge à Bordeaux Saint-Jean, et sans dégrader l’offre TGV et TER. Il y a une attente très forte de la population, et on sait que le train est la solution de demain. » Dans le cadre du projet d’aménagement ferroviaire au sud de Bordeaux, la création d’une troisième voie jusqu’à Saint-Médard d’Eyrans est ainsi envisagée, en accompagnement du projet GPSO Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.

Un « énorme chantier » sur une dizaine d’années et qui se fera « par étapes »

Alain Autruffe, de SNCF Réseau assure également « accompagner et soutenir Bordeaux Métropole et la région sur ce RER métropolitain. » Mais les deux hommes forts de la SNCF régionale, mettent en avant que « le réseau n’est pas dédié au transport de proximité, puisqu’il y a aussi les trains de voyageurs et les trains de marchandises grande distance sur ces lignes. »

Philippe Bru assure qu'« on n’aura pas demain à Bordeaux, un réseau comparable à Paris, qui a des infrastructures dédiées au transport urbain. On ne peut pas faire sur de l’infrastructure partagée par TGV, Intercités, TER et trains de fret, la même chose que ce qu’on peut faire sur des voies spécifiquement dédiées au transport urbain. »

Pour la SNCF, il s’agit « d’un énorme chantier », à échelle « d’une dizaine d’années », et qui devra se faire « par étapes. Nous en serons l’architecte, mais il faudra que les autorités organisatrices prennent des positions, car on ne pourra créer tout, partout, tout en respectant un objectif de robustesse. »