Bordeaux: Macron et Castaner blessés au visage... Des affiches chocs pour dénoncer les violences policières

SOCIETE Des photomontages montrant Emmanuel Macron et des membres du gouvernement blessés par des tirs de lanceur de balle de défense (LBD) étaient affichés ce week-end un peu partout dans les rues de Bordeaux…

Elsa Provenzano

— 

A Bordeaux, une campagne d'affichage à base de photomontages était visible ce week-end. Lancer le diaporama
A Bordeaux, une campagne d'affichage à base de photomontages était visible ce week-end. — E.P.
  • Sous chaque image est écrite une phrase en référence à une victime réelle d’un lanceur de balles de défense parmi les manifestants.
  • Ces affiches anonymes font le pari d’images chocs pour alerter sur les violences policières, mais en l’attribuant visiblement à la politique menée par l’Etat vis-à-vis des manifestants.
  • Il estime que les policiers mobilisés sur les manifestations « répondent à des violences qu’ils subissent », selon un syndicat policier.

Près de la place Gambetta, du Grand Théâtre, de l’hôtel de ville, les « gilets jaunes » ont découvert samedi, sur le parcours de la manifestation, des photomontages montrant Emmanuel Macron et des membres du gouvernement blessés par des tirs de lanceurs de balles de défense (LBD).

Sous chaque image, une phrase en référence à une victime réelle parmi les manifestants. Sous le photomontage mettant en scène Marlène Schiappa éborgnée on peut lire par exemple « Fiorina, mutilée le 8 décembre 2018 par un tir de LBD ».

Une campagne bordelaise

Les affiches ont été largement partagées sur les réseaux sociaux depuis ce week-end mais on ignore qui les a produites. Elles font le pari d’images chocs pour alerter sur les violences policières, mais en l’attribuant visiblement à la politique menée par l’Etat vis-à-vis des manifestants « gilets jaunes », mobilisés depuis la mi-novembre. Les manifestations sont particulièrement suivies dans la capitale girondine et les affiches n’ont a priori pas été repérées dans d’autres villes jusqu’à maintenant.

« Tout ce qui peut pacifiquement alerter sur les violences de l’état policier trouvera notre soutien », réagit une porte-parole du collectif contre les abus policiers en Gironde (CLAP33). « Personnellement, je trouve que cette campagne met un peu d’huile sur le feu, estime Bruno Vincendon, secrétaire zonal adjoint d’alternative police CFDT en Gironde. Nous, forces de l’ordre, nous déplorons toutes les victimes ».

La vie des forces de l’ordre mise en péril par certains

Il estime que les policiers mobilisés sur les manifestations « répondent à des violences qu’ils subissent ». Quand on évoque le cas du pompier touché à la tête par un tir de LBD, il rappelle que l’inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie pour ces faits et que l’enquête va suivre son cours. Il estime que la vie des forces de l’ordre est mise en péril par certains manifestants et qu’ils ne font que répondre à cette menace. « Certains jettent des pavés avec des pointes en fer et un policier a reçu un cocktail Molotov à Bordeaux, heureusement ses collègues l’ont vite aidé. »

Certains manifestants rapportent qu’ils reçoivent des gaz lacrymogènes sans raison, alors qu’il n’y a pas de débordements. « On ne le voit pas forcément suivant où l’on se trouve dans le cortège mais l’usage de moyens de défense [gaz lacrymogène, canons à eau] se fait uniquement après des jets de projectiles du côté des manifestants », insiste-t-il. Sur les lanceurs de balle de défense et les grenades de désencerclement, il commente : « Ce sont des armes non létales dont l’autorisation d’usage est encadrée par la loi. »

Si son syndicat appelle au calme, il tient à clarifier « que la police n’a pas vocation à réduire au silence les “gilets jaunes” » dont certaines revendications concernent les policiers au titre de citoyens. « La réponse ne peut être que politique », conclut-il.