«Un enfer qui prend fin», «une expérience à renouveler»... Les Bordelais réagissent à l'arrêt des trottinettes électriques Lime

MOBILITES L’annonce ce mercredi de l’arrêt des trottinettes électriques en libre-service Lime à Bordeaux, a suscité de nombreux commentaires de la part de nos internautes…

Mickaël Bosredon

— 

Installé le 26 septembre à Bordeaux, le service de trottinettes en libre-service de Lime a été suspendu le 31 octobre.
Installé le 26 septembre à Bordeaux, le service de trottinettes en libre-service de Lime a été suspendu le 31 octobre. — M.Bosredon/20Minutes
  • La grande majorité regrette l’arrêt de ce service que la plupart trouvaient « bien pratique ».
  • Plusieurs Bordelais saluent toutefois cette décision, soulignant « l’anarchie » sur les trottoirs.
  • Vous êtes aussi nombreux à mettre en avant la « dangerosité » de ces engins qui « roulent trop vite. »

La société Lime a pris la décision de suspendre son système de trottinettes électriques en libre-service à Bordeaux. Un système qui avait trouvé son public en un mois seulement dans les rues de la ville. 

Cette annonce a fait réagir les internautes de 20 Minutes avec plus de 1.100 commentaires sur notre page Facebook depuis ce matin. Bien entendu, les avis sont partagés. 

«Super et très pratique»

De très nombreux témoignages déplorent la suspension de ce service. « C’est à cause des gens qui les laissent en plein milieu de la rue Sainte-Catherine ! », s’agace Audrey. « C’est une expérience à renouveler, en respectant les démarches préalables, bien sûr, pense pour sa part Marie Fo. Ce moyen de transport est bien sympathique et participe aux déplacements doux sur notre ville. »

Jules Dessaulles estime aussi que « ce système est à refaire : s’il y en a qui se plaignent et qui aiment polluer encore plus, ou qui aiment rester dans les vieux bus tout pourris ou dans les trams qui ont des problèmes tous les jours, c’est leur problème… » Louise Labedan implore de son côté de ne pas supprimer ce service. « C’est super et très pratique. »

Mais il y a aussi ceux qui se félicitent de cette décision. « Il y a des règles et l’espace public ne veut pas dire chacun fait ce qu’il veut, analyse Bastien Gracia. C’est quand même fort de café qu’une entreprise pense pouvoir s’installer librement, n’importe où, sans rendre de compte et sans délibération des collectivités compétentes, pour faire son business… » « Enfin ! Stop à l’anarchie !, hurle pour sa part Chantal. Ça suffit tous ces engins roulant n’importe où et n’importe comment, sans rien respecter et sans aucun code de bonne conduite. »

«J’en ai vu passer au rouge, et ne pas marquer les stop»

Mais c’est surtout la « dangerosité » de ces engins qui est mise en avant par les « anti-trottinettes ». « C’est hyperdangereux avec les gens qui ne savent pas respecter les règles de civisme », assure Laure. « En tant que piéton, que de sueurs froides : on ne les entend pas arriver, elles arrivent vite et surtout ne s’arrêtent pas. Le problème n’est pas les trottinettes mais les personnes qui les utilisent », dénonce Lawrens.

« C’est un enfer qui prend fin, souffle Valérie. Cela va vite, cela roule partout – trottoir compris –, c’est dangereux pour les voitures et pour le tram : j’en ai vu passer au rouge, et ne pas marquer les stop… Comment cela a pu être mis en service sans autorisation ? Je me pose la question. »

Pour ceux qui ne peuvent vraiment plus s’en passer, il reste encore les trottinettes Wind (même si elles sont moins nombreuses que les Lime). Et en espérant que l’évolution de la législation attendue par les autorités sur l’usage de ces trottinettes, réussisse à réconcilier tout le monde.