Les urgences mettent leur direction sur le gril

Annabelle Georgen - ©2008 20 minutes

— 

Un barbecue devant le bureau du directeur. « On a de magnifiques locaux, mais pas le personnel pour les faire tourner ! », se désolait hier une des grévistes, devant la direction générale du CHU, à Talence. En organisant un piquet de grève festif, les soignants des urgences de l'hôpital Saint-André espéraient donner plus de visibilité à la discrète grève qu'ils poursuivent depuis trois semaines, tout en continuant à travailler.

Une vingtaine d'infirmiers et d'aides-soignants sont venus dénoncer des conditions de travail « rendues de plus en difficiles ». Si la capacité d'accueil des urgences de Saint-André a en effet doublé en janvier dernier, les effectifs du service sont restés les mêmes. La colère est montée d'un cran lorsque le personnel a appris qu'aucun remplacement n'était prévu pendant les congés d'été : « On nous a demandé de nous organiser entre nous, ce que nous avons refusé », a expliqué une jeune infirmière. Jointe hier, la direction du CHU n'a pas souhaité s'exprimer. Le personnel des urgences de Pellegrin se mobilisera à son tour ce matin, à l'entrée du Tripode.