Libourne: Contre la «phobie scolaire» des ados, un établissement particulier va ouvrir en novembre

EDUCATION L'association Cours Singulier va ouvrir sa quatrième antenne à Libourne le 5 novembre...

Mickaël Bosredon
— 
Illustre collège.
Illustre collège. — LE MOINE MICHEL/SIPA
  • Cours Singulier propose des cours à un rythme adapté aux collégiens et lycéens victimes de « phobie scolaire ».
  • Ces élèves ont généralement vécu un traumatisme qui les empêche de retourner dans un établissement scolaire classique.
  • L’association devrait accueillir à terme entre 40 et 50 élèves à Libourne.

Ce sont des ados, collégiens ou lycéens, qui ne peuvent plus aller dans leur établissement scolaire. De manière définitive, ou temporaire. Ils sont atteints de « phobie scolaire. »

Pour lutter contre ce phénomène croissant, il existe des structures adaptées. Notamment celles de l'association Cours singulier, qui possède déjà trois antennes en France : à Paris, en banlieue, au Pecq (Yvelines) et à Strasbourg. A la rentrée scolaire de novembre, elle ouvrira un nouvel établissement à Libourne, rue de la Glacière, à 10 minutes à pied de la gare. L’objectif est de toucher des familles de tout le département, voire de la région Nouvelle Aquitaine.

Souhaitée par la municipalité de Libourne, cette antenne accueillera dans un premier temps six élèves. « Notre objectif est d’intégrer entre 40 et 50 élèves », explique Dominique Dureux, présidente de Cours singulier, une association reconnue d’utilité générale par l’Etat.

Lorsqu’ils sont pris en charge, ils ne mettent plus les pieds dans leur établissement

Mais qu’est-ce que la phobie scolaire ? « On aurait tendance à croire que cela concerne des jeunes qui ont des difficultés scolaires, mais pas du tout, prévient Dominique Dureux. Certains sont même très doués. Il s’agit surtout de personnes qui ont vécu des situations de harcèlement, ou de grosses dépressions, et qui ne sont plus adaptées à un établissement scolaire classique, où elles ne trouvent plus leur place. »

Lorsqu’ils sont pris en charge par l’association, généralement ces collégiens et lycéens ne mettent plus les pieds dans leur établissement. « Notre rôle va être de les remettre en selle, en privilégiant les petits groupes, et surtout l’écoute et l’empathie », poursuit Dominique Dureux. En parallèle des cours par correspondance qu’ils suivent avec le Cned, Cours Singulier leur propose des cours à un rythme adapté, de 10h à 12h et de 13h à 15h, les lundi, mardi, jeudi et vendredi.

Un traumatisme scolaire très marqué chez certains

L’objectif est d’accompagner ces jeunes jusqu’au bac, et de pouvoir en réintégrer une partie dans un parcours scolaire classique, surtout les collégiens. Mais la tâche n’est pas aisée, tant pour certains le traumatisme scolaire est très marqué. « Il y a entre 20 % et 30 % qui retrouvent le chemin d’une scolarité classique », estime Dominique Dureux.

Créée en 2006, Cours Singulier accueille 80 élèves dans ses antennes du Pecq et de Paris, et 55 à Strasbourg. Ses tarifs sont de 370 euros par mois.