Bordeaux: Une nouvelle étape franchie pour une ligne à grande vitesse vers Londres

INFRASTRUCTURES Les gestionnaires, dont SNCF Réseau et Eurotunnel, se sont mis d'accord pour le lancement d'une étude de faisabilité en gare Saint-Jean...

Mickaël Bosredon

— 

Portiques de sécurité d'accès aux quais, en gare Saint-Jean à Bordeaux, le 11 juillet 2018.
Portiques de sécurité d'accès aux quais, en gare Saint-Jean à Bordeaux, le 11 juillet 2018. — M.Bosredon/20Minutes
  • Le projet prévoit une liaison directe entre la gare de Bordeaux et la gare Saint-Pancras de Londres en moins de cinq heures.
  • Il faut d'abord évaluer les coûts des nouvelles installations nécessaires aux contrôles de sécurité frontaliers en gare Saint-Jean.

Une nouvelle étape vers un lien ferroviaire direct à grande vitesse entre Londres et Bordeaux a été franchie il y a quelques jours. Dans un communiqué commun, SNCF Réseau, Lisea (concessionnaire de la LGV Tours-Bordeaux), Eurotunnel et HS1 (High Speed 1) annoncent qu’un « accord a été conclu » entre ces quatre gestionnaires d’infrastructure « pour le lancement d’une étude de faisabilité des adaptations nécessaires de la gare de Bordeaux Saint-Jean à l’accueil d’un futur trafic transmanche. »

L’étude portera « sur la mise en place des installations nécessaires aux contrôles de sécurité frontaliers permettant ainsi aux passagers de se rendre directement de Bordeaux Saint-Jean à Londres Saint-Pancras. »

Les passeports sont vérifiés uniquement au moment du départ

La Grande-Bretagne et la France disposent d’un système de contrôle des frontières ferroviaires unique et adapté aux passagers : les passeports sont ainsi vérifiés par les deux autorités au moment du départ, ce qui signifie que les passagers peuvent simplement descendre du train à l’arrivée sans autre vérification.

La création d’un nouveau contrôle nécessite des adaptations physiques pour les frontières et la sécurité. L’étude examinera les coûts et les options pour rendre cela possible en gare de Bordeaux Saint-Jean.

Un client sur cinq choisirait le rail plutôt que l’avion

Ce projet de nouveau lien ferroviaire, rendu possible par l’ouverture récente de la ligne LGV SEA (Sud Europe Atlantique) entre Tours et Bordeaux, proposera de relier Bordeaux à Londres en moins de cinq heures.

En 2017, plus d’un million de personnes ont voyagé par avion entre Londres et la région de Bordeaux et les études montrent que jusqu’à 20 % des clients choisiraient le rail pour un service de cette distance.