Bordeaux: La colère de Juppé contre Darwin

URBANISME Alors qu’un conflit urbanistique oppose le site Darwin, sur la rive droite de Bordeaux, et la SAS Bastide-Niel devant le tribunal, Alain Juppé s’est exprimé ce lundi en amont du conseil municipal, et n’a pas caché son exaspération…

Mickaël Bosredon

— 

L'écosystème Darwin, à Bordeaux
L'écosystème Darwin, à Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes
  • L’écosystème Darwin accueille des associations, des start-up, un restaurant ou encore un skate park.
  • La SAS Bastide-Niel réclame la libération d’une partie des terrains en vue de lancer l’opération urbanistique du même nom.
  • Le président de Bordeaux Métropole assure avoir déjà concédé beaucoup de choses à Darwin, à qui il reproche aujourd’hui de faire de la surenchère.

Le TGI de Bordeaux examinait cet après-midi la plainte en référé de la SAS Bastide Niel contre Darwin, en raison de l’occupation sans titre de l'entreprise Evolution (qui gère l'écosystème Darwin) sur une partie de la ZAC Bastide Niel. Audience qui a débouché sur la nomination d'un médiateur entre les deux parties. En amont, le maire de Bordeaux et président Bordeaux Métropole, Alain Juppé, s’est exprimé sur le sujet en début d'après-midi, juste avant le conseil municipal.

Et il a exprimé son ras-le-bol. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase étant certainement cette tribune, dans Le Monde daté de vendredi, signée d’une centaine de personnalités, pour « sauver » Darwin. « Je me demande combien, parmi ces personnalités signataires, ont déjà visité Darwin ? Sur le chemin de leur magnifique maison du Cap Ferret peut-être… Soyons sérieux et parlons de tout cela entre Bordelais, cela vaut mieux. »

« Darwin a une tendance au grignotage »

Alain Juppé s’est dit « peiné » de « voir cette détérioration des relations entre Darwin, la ville de Bordeaux » et lui-même. « J’ai tout fait depuis dix ans pour que Darwin existe et se développe », assure-t-il, rappelant qu’en 2009 « avec Vincent Feltesse, nous avons décidé de vendre les magasins généraux au nord à un prix compatible avec les moyens de l’acquéreur, puis nous avons financé l’installation d’entreprises à l’intérieur de Darwin, et enfin quelques années plus tard, et alors que nous avions deux propositions, nous avons attribué les magasins généraux sud encore à Darwin. »

Pour le maire de Bordeaux, « Darwin a une tendance au grignotage. » Il cite par exemple des installations sur les quais d’activités commerciales, d’une brasserie de bière, d’un restaurant, et cela « sans titre ». « Alors j’ai demandé à la métropole de régulariser, et on a régularisé. »

« Je vais à l’extrême limite du tolérable »

Concernant le skate park, Alain Juppé rappelle que c’est la métropole qui a mis à disposition des bâtiments « à titre temporaire ». Et surtout « à un endroit où l’opération Bastide-Niel devait construire des logements. » Aujourd’hui, « Darwin refuse d’évacuer, alors je dis "OK", on va vous titrer, car BMA (Bordeaux Métropole Aménagement) est tout à fait fondé à faire valoir qu’il a des occupants sans titre à cet endroit. » Le président de la métropole assure avoir demandé à ses services de « se préparer à acheter le B17 et le B18 (le skate park), pour ensuite le revendre à Darwin, ou leur louer. » Le problème, souligne Darwin, est que rien de tout cela n’a été formulé par écrit…

On sent poindre l’exaspération chez Alain Juppé, lorsqu’il explique que « maintenant on me dit que ce n’est pas assez, qu’il faut aussi la ferme urbaine. » Sur le territoire de la ferme urbaine de Darwin doit en effet être réalisé l’ensemble des réseaux qui vont venir alimenter la ZAC Bastide Niel juste à côté. « Dans ma volonté de faciliter les choses, et je pense que je vais à l’extrême limite du tolérable d’un point de vue de l’intérêt public, j’ai demandé à mes services de me trouver une solution, et on a fini par la trouver. Je suis donc prêt à laisser là aussi cette emprise à Darwin. »

« Je vais finir par me faire rappeler à l’ordre par mon conseil »

Alain Juppé y met toutefois deux conditions : « Que Darwin ne continue pas d’empiéter là où il n’est pas chez lui, et en particulier qu’il évacue ces espèces de cabanes que l’on appelle les tétrodons, et deuxièmement que l’on soit bien d’accord pour dire que l’allée Cavalière ne sera pas privatisée. Ce n’est pas une voie privée à la seule disposition de Darwin, c’est une voie publique qui permettra de relier le quai à la ZAC Bastide Niel. »

En guise de conclusion, le maire de Bordeaux lance un appel à Darwin : « plutôt que d’aller actionner les chapeaux à plumes parisiens qui ne connaissent rien à l’opération, essayons de discuter avec un peu de bonne foi et de bonne volonté. » Il assure ne pas pouvoir « faire preuve de plus de bonne volonté que cela, car je vais finir par me faire rappeler à l’ordre par mon Conseil (…) Je ne peux pas indéfiniment sacrifier les intérêts de la métropole au bon vouloir de Darwin, et là j’ai le sentiment d’être allé au bout du bout de ce que je peux accepter. »