Bordeaux: Forêt urbaine ou nouveau projet de quartier… Que faire du site de la Jallère?

URBANISME Les Verts sont opposés au projet de la municipalité de faire de la Jallère, près du nouveau stade, un nouveau quartier de Bordeaux…

Mickaël Bosredon

— 

La Carsat (CARSAT) Aquitaine, à Bordeaux.
La Carsat (CARSAT) Aquitaine, à Bordeaux. — M.Bosredon/20Minutes
  • Le leader des Verts à Bordeaux, Pierre Hurmic, propose de créer sur ce site une « forêt urbaine » qui serait un « immense capteur de CO2 ».
  • Le socialiste Nicolas Guenro demande pour sa part qu’on ne touche pas à ce site, qui abrite des zones humides.
  • La mairie, elle, voudrait toujours y construire un nouveau quartier, avec des maisons individuelles et de l’activité économique, tout en préservant des trames vertes.

Que faire de la Jallère ? Une opération urbanistique mixant logements et activité professionnelle, tout en préservant les zones humides, comme le souhaite la mairie ? Une « forêt urbaine », comme le suggère l'élu écologiste Pierre Hurmic ? Ou bien faut-il simplement laisser ce quartier « dans son jus », comme le demande le socialiste Nicolas Guenro ?

Ce quartier de Bordeaux nord, coincé entre l’avenue de Labarde, le nouveau stade Matmut Atlantique et le parc des Expositions, accueille aujourd’hui de grandes entreprises, comme la Carsat Aquitaine ou la Caisse des Dépôts. Certains terrains vont se libérer, la Caisse des Dépôts rejoignant ainsi le nouveau quartier Euratlantique en 2021. Sur les 95 ha de cette zone, il y a aussi beaucoup d’espaces en friche. Plutôt à l’abandon, certaines parcelles ne sont pas loin de servir de décharges sauvages.

De nouveaux accès seront créés dans le cadre du projet urbain de la Jallère.
De nouveaux accès seront créés dans le cadre du projet urbain de la Jallère. - M.Bosredon/20Minutes

Un projet de maisons individuelles sur pilotis

Surtout, le site de la Jallère repose sur des zones humides, qui jouent un rôle dans la lutte contre les inondations. Une réflexion sur l’évolution de ce site avait été engagée dès 2014 par la mairie, qui envisageait dans un premier temps de détruire totalement ces zones humides. Le projet a depuis évolué : dans sa nouvelle mouture, présentée lundi en conseil municipal, et dont nous dévoilions les grandes lignes en juillet dernier, la municipalité les préserve dorénavant totalement. Ce dont se félicite Pierre Hurmic, qui n’oublie pas de préciser que c’est « grâce à la mobilisation des Verts » que les zones humides ont été sauvées.

Le projet prévoit ainsi environ 2.000 logements, soit une densité plutôt faible de 20 logements à l’hectare avec essentiellement des maisons individuelles sur pilotis, une « dimension économique » avec la création de 2.500 emplois, ainsi qu’un projet d’activité agricole sur 3 ha. En tout, 33 ha sur les 95 ha seraient préservés, et réservés à une « trame verte », dans l’idée de créer un quartier « à la frontière de l’urbain et de la nature » comme l’a défini Magali Fronzes, adjointe au maire chargée de la nature en ville.

L’étude, qui n’est pas encore définitive, a été confiée à l'agence Anma de Nicolas Michelin, architecte-urbaniste déjà en charge du projet des Bassins à Flot et qui a aussi travaillé sur Euratlantique.

« On pourrait planter 48.000 arbres sur ce territoire »

Mais quand bien même ce dossier « a évolué dans le bon sens », comme le souligne Pierre Hurmic, il n’est toujours pas acceptable pour les Verts. « On a la chance d’avoir ces 95 ha, ne touchez pas à ce capital exceptionnel », exhorte l’élu. Surtout que, de son point de vue, le projet urbanistique présenté ne répond pas aux enjeux de densification de la ville : « nous sommes franchement hostiles à cet urbanisme de clairière, vous gaspillez de l’espace en faisant du Saint-Médard-en-Jalles à Bordeaux Nord » a-t-il lancé à la majorité.

Et de faire cette proposition : créer une « forêt urbaine. » « On pourrait planter 48.000 arbres sur ce territoire, ce qui représenterait un immense capteur de C02. » Pour le socialiste Nicolas Guenro, ce projet urbanistique « s’inscrit dans une longue tradition de faire reculer la nature en ville » alors que les enjeux « de lutte contre les îlots de chaleur et les risques de submersion, sont devenus deux défis majeurs. » Sa proposition ? « Laisser la Jallère dans son jus. »

Nécessité de construire près du tram

Magali Fronzes assure de son côté que « si on ne fait rien, les zones humides risquent de se fermer, là nous projetons de les reconnecter entre elles. » Elle estime par ailleurs que le projet de la majorité n’est pas incompatible avec la création d’une forêt urbaine à cet endroit. Même si l’adjointe rappelle que la Jallère est implantée à deux pas du bois de Bordeaux.

L'adjointe à l'urbanisme Elizabeth Touton souligne quant à elle que la municipalité doit répondre aux enjeux de construction de logements dans les secteurs situés près du tram. Las, Alain Juppé a fini par accepter de mettre à la concertation la proposition de forêt urbaine des Verts. Histoire de sortir de cette galère…