Bordeaux: Fan de brocante, elle lance un site pour chiner en ligne

COMMERCE Anne Ponty, Bordelaise spécialiste du digital et passionnée par la décoration, a lancé cet été le site Vide Déco qui propose en ligne des pièces uniques qu'elle a sélectionné...

Elsa Provenzano

— 

Anne Ponty a crée Vide Déco qui répertorie des objets anciens chinés chez des brocanteurs professionnels.
Anne Ponty a crée Vide Déco qui répertorie des objets anciens chinés chez des brocanteurs professionnels. — Vide Deco
  • Le site Vide Déco recense des objets uniques chinés en brocantes professionnelles par la Bordelaise Anne Ponty.
  • Elle vise un public de chineurs non avertis à qui elle prodigue des conseils via un chat en ligne.
  • Elle organise une vente dans le centre de Bordeaux du 28 au 30 septembre pour le lancement de sa plateforme.

« Ma mère et ma grand-mère m’ont toujours emmené faire des brocantes quand elles cherchaient quelque chose et même quand elles n’avaient besoin de rien, on chinait pour le plaisir », se souvient Anne Ponty. Cette Bordelaise diplômée de l’école Kedge en 2011 et spécialiste du digital, vient de créer cet été Vide Déco, implanté à Darwin, qui répertorie en ligne des objets sélectionnés par ses soins auprès d’une vingtaine de brocanteurs professionnels.

Pour son lancement, elle propose une boutique éphémère du 28 au 30 septembre rue Arnaud-Miqueu à Bordeaux, pour présenter des pièces qu’elle a chiné spécialement pour l’occasion.

La brocante à portée de clic des non-spécialistes

En ligne, l’internaute peut trouver des pièces uniques à différents prix : du petit bougeoir à 10 euros à des pièces plus imposantes comme une suspension à près de 1.300 euros. Avant de lancer son affaire, elle teste l’appétit des internautes pour les objets anciens avec un lot d’une quarantaine de bonbonnes en verre, utilisées dans les années 1960 pour la livraison du vin et que son père, viticulteur, lui a confié. Son stock part en quelques mois et c’est le déclic.

Après un an de travail, notamment auprès de brocanteurs professionnels, les trouvailles d’Anne Ponty sont disponibles en livraison dans toute la France grâce à un partenariat avec colis-voiturage.fr (sorte de Blablacar pour les colis) pour les plus gros objets. Elle prend 15 % de commission sur les transactions mais l’assurance pour les brocanteurs d’écouler plus vite leurs marchandises avec son aide les incite à ne pas faire monter les tarifs, afin qu’au final les prix soient « justes », assure-t-elle.

Sa cible avec cette plateforme ce sont les amoureux des objets anciens peu à l’aise avec les codes de la brocante ou qui rechignent à passer beaucoup de temps à chercher pour dénicher une pièce intéressante. « Quand on ne s’y connaît pas, on n’ose pas vraiment franchir le pas et on ne sait pas si le prix est juste », résume-t-elle.

Les internautes un peu perdus peuvent même se faire conseiller en direct pendant leurs achats grâce à un chat, géré pour l’instant par la porteuse du projet. En cas de besoin d’authentification d’un objet, elle a également noué un partenariat avec un commissaire-priseur.

Anne Ponty a déjà reçu de nombreux courriers de clients à la recherche d’une pièce rare et qui lui demande conseil. Elle met alors en alerte son réseau de professionnels pour tenter de dégoter la perle rare.

>> A lire aussi : Le vinyle est-il toujours un truc réservé aux bobos?

>> A lire aussi : Une étude montre que Darwin soutient 900 emplois sur la Métropole