Bordeaux: Une élue départementale condamnée pour détournement de prestations sociales

FRAUDE Elue socialiste au conseil départemental de la Gironde, Corinne Guillemot et son ex-conjoint ont été condamnés lundi pour un détournement de prestations sociales (RSA et allocation logement)...

M.B.

— 

Illustration palais de justice
Illustration palais de justice — C. VILLEMAIN/20 MINUTES

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a condamné lundi Corinne Guillemot, élue socialiste au département de la Gironde, et son ex-compagnon à cinq mois de prison avec sursis, et obligation de rembourser les victimes, rapporte Sud Ouest. Tous deux ont été reconnus coupables de  fraude aux prestations sociales (RSA et allocation logement).

L'affaire avait fait grand bruit dans les rangs du conseil départemental lorsqu'elle avait éclaté. Entre 2016 et 2017, le couple a touché indûment près de 16.000 euros, virés par la Caisse d’allocations familiales (CAF) de la Gironde sur un compte dont l'élue était la seule titulaire. Soit quelque 1.100 euros mensuels, en plus des indemnités de conseillère de l'élue (environ 1.800 euros) et sa rémunération pour des cours qu’elle donnait dans un institut de gestion.

A la barre, l'élue a continué de nier avoir eu connaissance de ces virements. « Quand je ne vois pas apparaître de solde débiteur, je ne m’interroge pas. Regarder mon compte n’était pas mon activité principale » assure-t-elle.

«Pas envisageable» que l'élue n'ait pas vu ces sommes sur son compte

Absent à l'audience, son ancien concubin Laurent Welcome, avait reconnu pendant sa garde à vue avoir formulé des demandes dans le dos de sa compagne en imitant sa signature et en fournissant son RIB. Mais, selon la vice-procureure, « il n’est pas envisageable » que l'élue n'ait « pas pu voir ces sommes » sur son compte.

Le Département, partie civile dans cette affaire, réclamait 10.000 euros au titre du « préjudice d'image. » Il a obtenu 5.000 euros.

Les élus du groupe d'opposition Gironde Avenir (rassemblement de la droite et du centre) ont appelé ce mardi à la « démission » de l'élue socialiste.