Bordeaux: Vincent Feltesse fait sa rentrée sur le thème de la nature en ville

POLITIQUE Le socialiste Vincent Feltesse a fait sa rentrée politique bordelaise ce lundi, en mettant en avant « l’urgence de la nature en ville » portée par son association Bordeaux Métropole des quartiers 2020…

Elsa Provenzano

— 

Une des places les plus ombragées de Bordeaux.
Une des places les plus ombragées de Bordeaux. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • L’ancien président de la métropole bordelaise Vincent Feltesse fait sa rentrée sur le thème de la nature en ville.
  • Il propose d’arrêter les grandes opérations immobilières pour revenir à des programmes de construction de quelques centaines de logements.
  • Il se prononce en faveur d’îlots de fraîcheur en ville, regrettant des places publiques trop minérales.

Au lendemain du festival Climax, après la démission de Hulot et les très fortes températures de cet été, le socialiste Vincent Feltesse, ancien président de la métropole bordelaise, a décidé ce lundi de faire sa rentrée sur le thème brûlant de la nature en ville. Il a présenté la dernière publication de son association Bordeaux Métropole des quartiers 2020 qui s’est réunie pour un séminaire de travail en juillet dernier.

Vincent Feltesse a écrit avec le collectif Bordeaux Métropole des Quartiers un premier ouvrage, présenté ce mercredi au club de la presse de Bordeaux.
Vincent Feltesse a écrit avec le collectif Bordeaux Métropole des Quartiers un premier ouvrage, présenté ce mercredi au club de la presse de Bordeaux. - E.Provenzano / 20 Minutes

Il estime qu’avec d’autres sujets d’actualité sur la métropole comme les embouteillages, l’explosion des prix de l’immobilier celui de du manque de vert en ville met en péril « la promesse bordelaise », qui doit rimer avec haute qualité de vie. Il estime que le temps des grandes opérations (Euratlantique, Bassins à flot, Ginko…) qu’il a d’ailleurs contribué à lancer lorsqu’il était président de la communauté urbaine de Bordeaux, est révolu.

Opposé au projet de la Jallère

Il se positionne aussi contre le développement à tous crins des lignes de tramway, toujours plus loin sur la Métropole. Il estime qu’il faut préserver les zones humides de la Jallère en renonçant à y construire des logements. « Au-delà de la rocade, il ne faut plus de grands projets d’aménagements », lance-t-il.

Le département de la Gironde attire chaque année 15.000 nouveaux habitants, qu’il faut loger. « On peut continuer à construire sur la ville et la métropole mais pas à coup de 5.000 logements, estime Vincent Feltesse. On peut faire un travail de dentelle, poche par poche ».

Il regrette la prédominance de places minérales comme les places Tourny ou Saint-Michel rénovées récemment, mais reconnaît des réussites sur la place Pressensé ou sur le parc aux Angéliques, par exemple. Pour lui il faut aller vers une « oasis métropolitain », en pensant à ménager des îlots de fraîcheur dans les zones urbaines. Il pense par exemple que des arbres pourraient être plantés sur certaines des places de parking libérées par la nouvelle politique de stationnement.

Convaincu qu’il y a un virage vert à prendre qui « doit se décliner sur toutes les politiques publiques », il dit « discuter avec tout le monde mais pas dans une néoutopie, dans quelque chose de volontariste ». L’ancien conseiller de François Hollande veut tirer les leçons de la surchauffe bordelaise, notamment sur l’immobilier et la mobilité, d’ici l’échéance municipale de 2020.

>> A lire aussi: A Bordeaux, l'avenir de l'Europe agite la sphère juppéiste