Bordeaux: Avec Cultura, le quartier Ginko tient sa locomotive commerciale

COMMERCE L'enseigne culturelle vient d'annoncer l'implantation d'un magasin de 5.800 m2 à la rentrée 2019 au sein de l'écoquartier bordelais...

Mickaël Bosredon

— 

Image de synthèse du projet de l'enseigne Cultura, mené par Bouygues Immobilier pour l'opération Coeur de Ginko à Bordeaux. Lancer le diaporama
Image de synthèse du projet de l'enseigne Cultura, mené par Bouygues Immobilier pour l'opération Coeur de Ginko à Bordeaux. — Bouygues Immobilier
  • Le projet Cœur Ginko, dernière pierre de l’écoquartier, prévoit un centre commerçant de 28.000 m2 en pied d’immeubles.
  • Un Intermarché de 2.000 m2 s’y installera également.
  • Le promoteur et aménageur Bouygues Immobilier souhaite faire venir un marché sur la place centrale.

Cœur Ginko, le tout dernier îlot de l'écoquartier Ginko à Bordeaux est en construction et doit s’achever d’ici à la fin de l’année 2019. Outre 700 logements, il accueillera 28.000 m2 de commerces répartis en pied d’immeuble. Un « centre commerçant à ciel ouvert, sur le modèle de la Promenade Sainte-Catherine dans Bordeaux centre » explique Bertrand Legoupil, responsable du programme commercial de Cœur Ginko chez Bouygues Immobilier.

L’idée est de proposer une offre complémentaire au centre commercial de Bordeaux-Lac qui se situe juste en face. L'enseigne Cultura vient d’annoncer qu’elle y implanterait un magasin de 5.800 m2 à la rentrée 2019. Ce sera « la plus grande cellule commerciale de l’opération, et notre locomotive commerciale », assure Bertrand Legoupil. Il s’agit de la troisième implantation de Cultura à Bordeaux.

Des enseignes de jardinerie, d’équipement de la maison, de loisirs, de textile…

A lui seul, ce magasin prévoit de créer 10 % des 450 emplois prévus par le centre commerçant. Bouygues Immobilier a également signé une cellule de 2.000 m2 pour un Intermarché qui proposera « une offre alimentaire dans un concept un peu plus urbain que ce qu’il fait habituellement. » En tout, Cœur Ginko prévoit d’accueillir 65 cellules commerciales dont huit grandes et moyennes surfaces sur un peu plus de 18.000 m2.

« Les négociations sont déjà très avancées avec un certain nombre de marques, assure Bertrand Legoupil. Il y aura de la jardinerie, de l’équipement de la maison - déco, bricolage, électroménager -, du textile et du loisirs. Pour les plus petites cellules, nous sommes essentiellement sur du service : coiffeur, métiers de bouche et petite restauration. Nous essayons de coller par rapport aux demandes qui sont formulées, autant par les habitants du quartier, que par les professionnels qui travaillent aux alentours. »

Reconstituer « un esprit village »

Architecturalement, les plus grandes cellules proposeront « des vitrines de grande hauteur et au fur et à mesure que l’on se dirige vers le cours du Québec, nous aurons une architecture qui s’adoucit. »

Bouygues Immobilier espère également installer un marché, « une à deux fois par semaine », sur la place centrale du site. Il y aurait une vingtaine de stands. L’objectif étant de reconstituer « un esprit village. »