Bordeaux: Ils s'enchaînent aux arbres pour éviter qu'ils soient coupés

ENVIRONNEMENT Plusieurs dizaines de personnes se sont relayées ce mardi à partir de 6 h du matin pour s'enchaîner aux premiers marronniers qui devraient être abattus dans le cadre de la rénovation de la place Gambetta à Bordeaux...

Elsa Provenzano

— 

Les militants ont tenté d'établir un dialogue avec la mairie pour limiter l'abattage mais il est aujourd'hui rompu.
Les militants ont tenté d'établir un dialogue avec la mairie pour limiter l'abattage mais il est aujourd'hui rompu. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Des membres du collectif des marronniers de Gambetta se sont enchaînés ce mardi matin aux arbres pour empêcher leur abattage. 
  • Ils doivent être coupés dans le cadre d'un réaménagement de la place et remplacés par des arbustes et de la végétation basse qui ne gêneront pas la vue sur les façades. 
  • Les militants vont rester aux aguets dans les jours qui viennent. 

Depuis 6 h ce mardi matin, plusieurs dizaines de militants se relaient pour protéger les 17 grands marronniers, âgés de 70 ans, de la place Gambetta à Bordeaux. Chaîne autour de la taille et dos appuyé contre le tronc, ils se mobilisent pour éviter que ces arbres soient mis à terre, comme le prévoit le projet de réaménagement de la place. Les couper doit notamment permettre d’offrir une meilleure vue sur les façades des immeubles anciens entourant la place.

Le projet de rénovation de la place prévoit l'abattage de 17 marronniers âgés de 70 ans.
Le projet de rénovation de la place prévoit l'abattage de 17 marronniers âgés de 70 ans. - E.Provenzano / 20 Minutes

Aux aguets depuis l’annonce de cet abattage programmé, les membres du collectif Les marronniers de Gambetta ont été alertés par l’installation de matériel de chantier. « On passe régulièrement autour de la place et hier il y avait beaucoup de camions. On nous a informés (officieusement) que l’abattage commencerait ce matin donc on a alerté nos réseaux, raconte Magali du collectif des marronniers de Gambetta. Mais on nous dit maintenant que l’abattage ne serait pas pour aujourd’hui donc on va établir une permanence dans les jours qui viennent. »

« Les Bordelais sont très attachés à ces marronniers »

« C’est le seul espace paysager ouvert 24 h sur 24 à Bordeaux, souligne Guillaume, l’un des membres du collectif. » Le jardin anglais situé au centre de cette place historique était classé. « Mais il a été déclassé avant la présentation du projet de rénovation », dénonce Jean-Pierre, un autre membre. « On voit que les Bordelais sont très attachés à ces marronniers », souligne Pierre Hurmic, conseiller municipal EELV, venu soutenir le collectif dans son action.

Des membres du collectif des marronniers de Gambetta s'enchaînent aux arbres pour les protéger.
Des membres du collectif des marronniers de Gambetta s'enchaînent aux arbres pour les protéger. - E.Provenzano / 20 Minutes

Un des arguments avancé par la mairie est de dire que ces arbres ont été mal plantés. « Ils peuvent encore tenir longtemps, lâche Magali. Et ils ont été plantés en torsade comme cela se faisait à l’époque, c’est tout ». Le collectif a suggéré qu’une seule des deux allées de marronniers soit abattue mais cette proposition n’a pas trouvé un accueil favorable auprès de la mairie.

La mairie a confirmé qu’aucune opération d’abattage n’était programmée ce mardi matin. Elle met en avant que le nombre d’arbres sera plus important après le réaménagement de la place. « Il y a eu une concertation importante avec l’association SOS Gambetta et les commerçants, explique Laurence Dessertine, maire adjoint du quartier centre. Le cahier des charges transmis aux architectes demandait d’enlever la bordure végétale pour mettre en valeur le patrimoine de la place ».

« A la place des marronniers il est prévu de planter des arbustes et des arbrisseaux qui n’auront pas le même impact sur la captation de CO2 et l’apport de fraîcheur dans cette zone urbaine », fait valoir Guillaume. « Mais il y aura beaucoup plus d’espace engazonné, ce sera un espace plus moderne et plus apaisé qui ne sera pas qu’un lieu de passage », avance Laurence Dessertine, précisant qu’à moyen terme ces arbres étaient condamnés en raison de la façon dont ils ont été plantés.

La livraison de la place réaménagée est annoncée pour 2020.