Gironde: «Avec les longs métrages et les séries télé, 2018 sera une très bonne année pour les tournages»

AUDIOVISUEL Le plus gros tournage chinois jamais réalisé en France vient de démarrer à Bordeaux et en Gironde, où de nombreuses productions se sont faites cette année…

Mickaël Bosredon

— 

Illustration d'un tournage à Hostens (Gironde)
Illustration d'un tournage à Hostens (Gironde) — Bureau d'accueil des tournages de la Gironde
  • En 2018, la Gironde a notamment accueilli Guillaume Canet pour le film Nous finirons ensemble, la suite des Petits mouchoirs, au Cap-Ferret.
  • La diversité des sites en Gironde a toujours attiré les productions, souligne Marie Rateau, du bureau d’accueil des tournages. Elle relève par ailleurs une plus grande présence de techniciens de l’audiovisuel ces dernières années.

En réussissant à attirer le tournage de la série chinoise Crocodile and Toothpick Bird (Le Crocodile et le pluvian), Bordeaux – et l’ensemble de la Gironde puisque la série se fera aussi à Saint-Emilion – a réussi un joli coup. « C’est tout simplement le plus gros tournage chinois jamais réalisé en France » souligne Marie Rateau, du bureau d'accueil des tournages en Gironde, qui se trouve derrière ce joli succès.

Les premiers contacts ont été établis en mars dernier. « La production, Ghosts City, nous a demandé si les décors bordelais pourraient correspondre au projet, raconte Marie Rateau. Elle cherchait surtout de beaux appartements avec vue. Nous étions en concurrence avec d’autres villes, comme Lyon et Lille, mais pas Paris où la production ne voulait pas aller. Et Bordeaux a été validé en mai. » Le tournage a démarré il y a une dizaine de jours, et devrait durer deux mois.

Tournage de la suite des Petits Mouchoirs au Cap-Ferret

Cette jolie prise vient consolider une année 2018 qui s’annonce radieuse en termes de tournages sur le département. « Avec les longs-métrages et les fictions, 2018 sera une très bonne année : il y a eu le tournage de Nous finirons ensemble, la suite des Petits mouchoirs de Guillaume Canet, qui a démarré en mars au Cap-Ferret, Il était une seconde fois de Guillaume Nicloux pour Arte, Deutsch-les-Landes, la première série d'Amazon Prime Video, tournée essentiellement à Rions, la deuxième saison des Bracelets Rouges, une série de TF1, qui a eu lieu à Arcachon… »

2017 avait aussi été une bonne année, marquée notamment par le tournage d’une grosse partie de la deuxième saison de la série de Canal + Baron Noir.

La Gironde, une terre de tournage

Ces beaux succès sont-ils la conséquence de l'attractivité de Bordeaux depuis quelques années ? Oui et non. « Il y a un intérêt grandissant des productions pour Bordeaux, c’est évident, mais la Gironde a toujours été une terre de tournage, grâce à la variété de ses sites : la ville, la côte, les vignobles, les châteaux… »

Ce que confirment les chiffres : « Depuis une dizaine d’années nous réalisons environ 400 jours de tournages – tout confondu – par an en Gironde, dont la moitié se fait sur la métropole », constate Marie Rateau. Ainsi en 2017, il y a eu précisément 441 jours de tournage, dont 354 jours uniquement pour des longs et courts métrages et des fictions télé. « 2010 avait aussi été une très bonne année. »

Des retombées pour le tourisme ?

Ce qui est certain, c’est que les tournages se font plus facilement, « grâce à la présence de nombreux techniciens de l’audiovisuel qui s’installent de plus en plus sur Bordeaux et sa région », constate Marie Rateau. « Il n’est pas rare que des productions identifient en amont les techniciens avec lesquels elles souhaitent travailler. »

La mairie de Bordeaux souligne pour sa part que la concrétisation du tournage de Crocodile and Toothpick Bird, est aussi à mettre au crédit de « la réactivité des interlocuteurs bordelais et de la notoriété de Bordeaux en Chine. » Et elle espère bien capitaliser dessus. « Grâce à cette diffusion, la ville et la région peuvent espérer un renforcement de leur attractivité touristique. »