Bordeaux: Le quotidien «Sud Ouest» a licencié son directeur adjoint pour «harcèlement»

#BalanceTonPorc Plus d'une dizaine de femmes ont dénoncé des faits de harcèlement sexuel de la part de l'ex-directeur adjoint de l'information du quotidien régional...

M.B.

— 

Illustration journal «Sud Ouest».
Illustration journal «Sud Ouest». — GEORGES GOBET / AFP

L'affaire avait été mise sur la place publique par une journaliste bordelaise le 15 octobre 2017, en pleine vague #BalanceTonPorc sur les réseaux sociaux.

Ancienne journaliste du quotidien régional Sud Ouest, la jeune femme avait raconté sur Twitter avoir été harcelée par un cadre de l'entreprise : « Recevoir 50 msgs/jour, trembler en allant au boulot, pleurer en partant. Finir par quitter la boîte. Moi, pas lui, bien sûr. »

Une procédure judiciaire en cours

Une dizaine d'autres femmes ont ensuite témoigné auprès du syndicat SNJ, avoir été victimes de faits susceptibles d’être qualifiés de harcèlement moral voire sexuel de la part de la même personne. Certaines auraient reçu des dizaines de mails ou sms équivoques, à des heures inappropriées.

Dans un premier temps dispensé d'activité, le cadre en question, Laurent Cramaregeas, directeur adjoint de l'information, a finalement été licencié pour «harcèlement», comme l'a révélé fin juin la Lettre A, information reprise et confirmée par  Rue89 Bordeaux. Une procédure judiciaire est actuellement en cours entre l'ex-numéro 3 du quotidien, qui conteste ce licenciement, et sa direction. Cité par Rue89 Bordeaux, le syndicat SNJ « se félicite de cette décision. »

Contacté par 20Minutes, David Patsouris, délégué syndical SNJ, rappelle que le syndicat « est à l'origine de cette procédure après avoir recueilli et transmis les témoignages » et que la direction du journal a « pris ses responsabilités » dans cette affaire. « Cette histoire doit permettre d'avoir une discussion sur le management à Sud Ouest, pour que ce genre de pratique n'arrive plus. »

>> A lire aussi : Harcèlement à la rédaction de «Sud-Ouest»: Le mis en cause a été «dispensé d'activité» le temps de l'enquête

>> A lire aussi : Harcèlement sexuel: Aux Etats-Unis, ils ont l’affaire Weinstein, en France, on a l’exception culturelle?