Manif au rabais pour les Bordelais

Sophie d'Ambra - ©2008 20 minutes

— 

L'heure n'était pas à la mobilisation des grands jours hier dans les rues de Bordeaux. La manifestation contre la suppression des postes dans la fonction publique n'a pas reçu l'écho attendu. Seules 6 200 personnes, selon la police, ont défilé de la place de la République à la préfecture. Un chiffre en net recul par rapport aux manifestations de l'automne dernier, qui avaient rassemblé jusqu'à 15 000 personnes. Enseignants et lycéens étaient largement majoritaires au sein du cortège. « Bac en 3 ans, misère au tournant », « Profs dans la galère, élèves en colère » pouvait-on lire sur les pancartes surplombant la foule. Un peu plus loin, les élèves du lycée Kastler de Talence ont brandit des silhouettes noires, comme celles qui représentent les tués, pour symboliser les suppressions de postes.

« Nous nous battons pour la défense des options dans tous les établissements, des collèges les plus humbles aux lycées les plus prestigieux », explique Vanina, professeur de lettres classiques au lycée Montaigne de Bordeaux. A côté, une vingtaine de lycéens ont fait le déplacement depuis Pauillac. « Si nous ne nous mobilisons pas maintenant, à l'avenir les classes seront toutes surchargées », souligne Hannah, en terminal ES à Pauillac. Un peu plus loin dans la manifestation, des salariés du port autonome, de l'ANPE, du CHU et de la Poste étaient également représentés. Au départ du cortège, une « guirlande anti-franchise », faite de boîtes de médicaments, et tendue entre deux arbres, a rappelé opposition des manifestants aux franchises médicales.