Bordeaux: Culturespaces pressentie pour gérer une partie de la base sous-marine

CULTURE Alain Juppé a annoncé qu’il allait proposer à la rentrée au conseil municipal de choisir Culturespaces comme délégataire pour la gestion des alvéoles 1 à 4 de la base sous-marine…

Elsa Provenzano

— 

Les alvéoles 1 à 4 de la base sous-marine vont être confiées à une société privée nommée Culturespaces.
Les alvéoles 1 à 4 de la base sous-marine vont être confiées à une société privée nommée Culturespaces. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • La société Culturespaces est pressentie comme délégataire pour la gestion des alvéoles 1 à 4 de la base sous-marine.
  • Elle a proposé un projet de vidéo immersive sur le site de la base. 
  • L'ouverture du site rénové est envisagée pour l'été 2020, après des travaux. 

Les 42.000 m2 de la base sous-marine qui s’étend sur 245 mètres de long aux Bassins à flot à Bordeaux sont encore sous-exploités. La Ville y propose déjà des expositions dans la partie dite de l’Annexe, mais estime le coût d’une rénovation totale, évaluée à 30 millions d’euros lors de la candidature de Bordeaux capitale de la culture, beaucoup trop lourde. Elle a opté pour une mise en valeur tranche par tranche.

Alain Juppé a annoncé ce jeudi qu’au terme d'un appel à projet pour l'aménagement et la gestion des alvéoles 1 à 4 de la base sous-marine (qui en compte 10), la société Culturespaces allait être proposée en septembre au Conseil municipal.

Prix d’entrée annoncé à 15 euros

La société Culturespaces gère déjà une dizaine de sites culturels dont la Cité de l’automobile, les arènes de Nîmes, le château des Baux-de-Provence et les carrières de Lumières. Elle a séduit la ville grâce à un projet de vidéo immersive appelé « Bassins de lumières » qui pourrait ouvrir au public à l’été 2020 après une phase de travaux importants.

« Il y aura trois à quatre expositions par an consacrées aux jeunes créations, explique Fabien Robert, adjoint au maire en charge de la culture à Bordeaux. Et également un espace détente autour de l’histoire du lieu ». Le contrat de délégation de service public fait état d’un investissement de 7 millions d’euros sur 15 ans pour Culturespaces. Le tarif d’entrée envisagé est de 15 euros.

L’accès à la base doit aussi être amélioré pour optimiser les trajets entre la Cité du vin, le musée Mer marine et ce vestige de la seconde guerre mondiale, pensés ensemble comme un pôle culturel des Bassins à flot.

Un bond de fréquentation espéré

Les dernières alvéoles, de 5 à 10, sont dans un moins bon état que les premières. La ville envisage de lancer un appel à manifestation d’intérêt pour connaître l’appétence de groupes privés pour le site, toujours dans une perspective culturelle. « On pourrait faire un belvédère sur le toit, depuis lequel on a une vue magnifique sur les Bassins à flot, lance également Alain Juppé, maire de Bordeaux, à condition d’en sécuriser les accès ».

La base sous-marine accueille entre 70.000 et 90.000 visiteurs par an et sa fréquentation pourrait faire un bond à partir de 2020 avec ces nouvelles propositions.

>> A lire aussi : Bordeaux: De plus en en plus de culture sous le béton armé de la base sous-marine

>> A lire aussi : EN IMAGES. Bordeaux: C'est (quasiment) la fin des hangars aux Bassins à flot

>> A lire aussi : Ils lancent leur propre distillerie de whisky à Bordeaux, avec un chai installé dans un bunker

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.