Fermeture du pont de pierre à Bordeaux: «Une décision qui ne bénéficie qu'à une seule catégorie d'usagers»

CIRCULATION Le pont de pierre à Bordeaux sera dorénavant exclusivement réservé aux transports en commun, vélos et piétons, a annoncé Alain Juppé ce jeudi. Une décision qui fait beaucoup réagir...

Mickaël Bosredon

— 

Le 5 juillet 2018: Le pont de Pierre restera définitivement consacré aux modes doux, a décidé la métropole
Le 5 juillet 2018: Le pont de Pierre restera définitivement consacré aux modes doux, a décidé la métropole — E.Provenzano/20Minutes
  • Le groupe Europe Ecologie Les Verts « salue » cette décision et parle de « victoire.»
  • A l'inverse, la Fédération des motards en colère (FFMC) dénonce une mensure purement électoraliste, et regrette de ne pas avoir été écoutée.
  • La FFMC prévient qu'elle va mener des actions pour se faire entendre.

On se souviendra que c’est donc un 5 juillet que la métropole de Bordeaux a décidé de fermer définitivement le Pont de pierre - le pont historique à Bordeaux - aux véhicules motorisés. L'annonce a été faite ce jeudi matin par Alain Juppé, à l’issue d’un comité de pilotage. Une expérimentation était menée depuis presque un an sur la réservation du pont aux modes doux (transports en commun, vélos et piétons).

Pour Alain Juppé, la fermeture du pont de pierre n’a pas dégradé les conditions de circulation à Bordeaux. Rien ne justifiait ainsi de le réouvrir aux véhicules motorisés.

« Aujourd’hui, 9.000 cyclistes (+ 20 %), 7.000 piétons et 800 joggeurs parcourent le pont de pierre tous les jours, assure la métropole. On comptabilise, au total au mois de juin, 18.000 utilisations quotidiennes du pont de pierre à vélo ou à pied les jours ouvrés. »

« Ce pont n’a jamais été aussi vivant ! »

Les réactions à cette décision n’ont pas tardé à tomber. Le groupe Europe Ecologie Les Verts de la métropole « salue » évidemment cette décision qui favorise piétons et cyclistes.

« Les différentes manifestations citoyennes et associatives ont démontré l’attachement des habitants métropolitains à l’apaisement de ce pont, assure le groupe dans un communiqué. En effet, ce pont n’a jamais été aussi vivant, les chiffres calculés par l’association Vélo-Cité en sont l’exemple : plus de 10.000 vélos et 8.000 piétons pour quelque 76.000 personnes ayant traversé ce pont en 24 heures [à la suite d'une opération de comptage réalisée mardi] ! Bordeaux Métropole le confirme : il y a plus de personnes qui franchissent le pont de pierre aujourd’hui qu’en 2017, avant l’expérimentation. C’est une victoire dans la lutte pour la réappropriation de l’espace public, contre la pollution et pour les mobilités alternatives ».

« Si par malheur vous habitez loin de Bordeaux, vous voilà puni »

Interrogé par 20 Minutes, la Fédération des motards en colère (FFMC) est loin d’être de cet avis, et regrette cette décision. « Elle s’est faite sans concertation, et ne bénéficie qu’à une seule catégorie d’usagers, qui n’est pas représentative des usagers de la métropole », dénonce Philippe Crutel, le coordinateur de la FFMC 33.

« Nous craignons une manipulation électorale, car cette décision en réalité n’intéresse que ceux qui vivent à Bordeaux. Si par malheur vous habitez loin de Bordeaux mais que vous venez y travailler, eh bien vous voilà punis, c’est aussi simple que cela. Et nous aurions souhaité un usage du pont de pierre aux deux-roues motorisés, dans le cadre d’un espace partagé avec les cyclistes et les piétons. On ne nous a jamais écoutés sur cette question, et nous donc allons mener des actions pour nous faire entendre. On va rappeler que nous existons et que nous ne sommes pas d’accord. »

>> A lire aussi : Bordeaux: «Il faut réouvrir le pont de Pierre aux voitures, en attendant le pont Simone-Veil»