VIDEO. Bordeaux: Une navette fluviale jusqu'à Royan, est-ce vraiment sérieux?

TRANSPORT La communauté d’agglomération de Royan souhaite mettre en service ce bateau d’ici fin 2019…

Clément Carpentier

— 

La navette fluviale entre Bordeaux et Royan ressemblerait à ce modèle.
La navette fluviale entre Bordeaux et Royan ressemblerait à ce modèle. — Advanced Aerodynamic Vessels
  • Un projet de navette fluviale entre Bordeaux et Royan est à l’étude.
  • La société Advanced Aerodynamic Vessels multiplie les essais depuis plusieurs semaines.
  • Un aller-retour coûterait autour de 50 euros à bord de ce bateau pouvant atteindre les 90 km/h.

Imaginez-vous un instant sur la Garonne à bord d’un catamaran à moteur, assis sur votre siège en cuir face à un fleuve qui défile sous vos pieds. Cette vision, Jean-Pierre Tallieu rêve qu’elle devienne réalité « d’ici à la fin de l’année 2019. » Le président de la CARA (la communauté d’agglomération de Royan Atlantique) porte ce projet de navette fluviale jusqu’à Bordeaux depuis plusieurs années :

Aujourd’hui, on met 2h30 en train et 1h30 sans circulation pour rejoindre Bordeaux mais il y a très souvent des bouchons, on peut mettre le double de temps. Avec ce catamaran, on mettrait maximum 1h20 avant d’accoster à la Cité du Vin. »

Cette idée de navette fluviale entre les deux villes est donc bien très sérieuse. Le projet est sur de bons rails ou plutôt « sur le bon fleuve » pour Jean-Pierre Tallieu. Au point que les essais sur la Garonne se multiplient depuis quelques semaines avec le prototype de l’entreprise rochelaise, l’Advanced Aerodynamic Vessels.

Celle-ci construit des navettes à moteur en forme de catamaran depuis 2015. Et ça fonctionne : « Les résultats sont très bons. D’ailleurs, on en a une de 12 places sur le lac Léman et une de 25 places au Gabon », explique Matthieu Kerhuel, le président A2V.

Autour de 50 euros l’aller-retour

Pour la liaison entre Royan et Bordeaux, la navette fluviale devrait pouvoir accueillir 40 personnes par voyage. Selon l’entrepreneur, « ses bateaux vont deux fois plus vite [90 km/h] et polluent deux fois moins qu’un bateau conventionnel. »

Ces catamarans glissent sur l’eau et ne peuvent pas s’envoler. Mais, on peut se demander quel est le niveau de confort au milieu d’un fleuve agité comme la Garonne ? Matthieu Kerhuel se veut rassurant sur ce sujet :

Les gens sont surpris par le confort. Il y a un cousin aérodynamique qui amorti les chocs. Le bateau reste toujours à plat dans les virages et il ne pique pas même en cas d’arrêt brutal. »

Les passages auront une vue panoramique sur la Garonne lors du voyage.
Les passages auront une vue panoramique sur la Garonne lors du voyage. - Advanced Aerodynamic Vessels

Le changement le plus important en prenant cette navette, c’est d’être face au fleuve avec une vision panoramique pour les passagers puisqu’ils s’assoient sur la largeur et non la longueur comme la plupart des bateaux. Et le président de A2V le promet : « Personne n’a jamais eu le mal de mer ». L’expérience s’annonce donc unique mais attention, si le projet aboutit, il faudra mettre la main à la poche. Jean-Pierre Tallieu prévoit un aller-retour autour de 50 euros. Pour lui, c’est le prix à payer pour « réduire l’utilisation de la voiture et vider les parkings. »

>> A lire aussi : On peut enfin embarquer sur la navette fluviale à hydrogène (et c'est une première en France)

>> A lire aussi : Bac, paquebots de croisières et séjours sur le fleuve boostent l'activité du port de Bordeaux