Bordeaux: La «ville intelligente» expérimentée dans le quartier du Lac

INNOVATION Bordeaux Métropole vient de désigner la compagnie Spie ICS pour installer 500 capteurs intelligents sur les luminaires et des bâtiments du quartier du Lac...

Mickaël Bosredon

— 

Le quartier du Lac à Bordeaux
Le quartier du Lac à Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes
  • Chaque capteur pourra mesurer la consommation énergétique, mais aussi le mode de fonctionnement.
  • Il s'agit du projet de «smart city» le plus abouti à ce jour en France.
  • Si l'expérimentation est concluante, l'opération pourrait être étendue à l'ensemble de la ville.

« Smart Lights » est « sans doute un projet unique en France à ce jour », assure Jérôme Nier, responsable « développement-activité Internet des objets » chez Spie ICS (filiale de services numériques du groupe SPIE). Sa compagnie vient d’être choisie par Bordeaux métropole, à l’issue d’un appel d’offres, pour mener une expérimentation « smart city » au sein du quartier de Bordeaux-Lac, notamment autour du Matmut Atlantique.

Il s’agit d’installer 500 capteurs IoT (Internet of Things) sur plus de 200 luminaires, ainsi que sur des équipements publics variés : borne de recharge électrique, borne de contrôle d’accès sur voirie, containers de tri, poubelles, bâtiments publics (gestion technique et suivi énergétique).

« Cet appel d’offres est particulièrement innovant, poursuit Jérôme Nier, car c’est la première fois qu’on mixe des équipements municipaux et des bâtiments, qui seront reliés à un système de supervision unique. Nous avons déjà mené des expériences dans d’autres villes, mais uniquement sur certains secteurs. »

Adapter l’éclairage à la fréquence de passage

Pour Bordeaux Métropole, l’objectif est d’améliorer l’efficacité de ses services - en particulier l’éclairage public - et réduire les coûts d’utilisation. Chaque capteur pourra ainsi mesurer non seulement la consommation énergétique, mais aussi le mode de fonctionnement.

L’évaluation du taux de remplissage des containers permettra par exemple de rationaliser les tournées de relève, et en conséquence de diminuer la pollution et le trafic. L’adaptation de l’éclairage public à la luminosité et à la fréquence de passage est également source d’économies d’énergie. Bornes de recharge, contrôle d’accès et éclairage public fonctionneront de manière optimale, au plus près des usages courants évalués par les capteurs.

L’expérimentation devrait durer jusqu’à la fin de l’année 2018. Si le test s’avère concluant, Bordeaux Métropole pourrait étendre ces infrastructures connectées à l’ensemble de la ville.

>> A lire aussi : Villes du futur: Demain, vous pourrez parler avec la ville, mais aura-t-elle réponse à tout?