Bordeaux: La vidéo-verbalisation gagne du terrain

STATIONNEMENT La vidéo-verbalisation, qui permet d’adresser des PV pour stationnement gênant via les caméras de vidéosurveillance de la ville, s’est étendue il y a quelques jours au périmètre du centre historique de Bordeaux…

Mickaël Bosredon

— 

Depuis le moi de mai 2018, la place de la Comédie à Bordeaux est sous vidéo-verbalisation.
Depuis le moi de mai 2018, la place de la Comédie à Bordeaux est sous vidéo-verbalisation. — M.Bosredon/20Minutes
  • Déjà présente à Bacalan et dans le quartier de la gare, la vidéo-verbalisation est désormais en vigueur autour de la place de la Comédie dans le centre de Bordeaux.
  • Elle sera prochainement étendue à la place du Parlement et la place de la Bourse.
  • L’objectif est de sanctionner le stationnement gênant pour libérer l’espace public.

Ils sont plusieurs à ne pas l’avoir vu venir… Depuis une quinzaine de jours, le système de vidéo-verbalisation, qui permet aux policiers municipaux bordelais de verbaliser à distance un automobiliste pour stationnement gênant, via les caméras de vidéosurveillance installées dans la ville, s’est étendu au périmètre du centre-ville de Bordeaux. Essentiellement autour de la place de la Comédie.

Une dizaine de PV ont déjà été dressés de cette manière en deux semaines. « Et pourtant, nous avons fait beaucoup de prévention entre janvier et mai » assure Jean-Louis David, adjoint au maire chargé de la vie urbaine et de la coordination de la politique de proximité.

Dans le quartier Bacalan pour lutter contre la délinquance routière

La vidéo-verbalisation avait été lancée à Bordeaux fin 2016, dans le quartier Bacalan, « essentiellement pour lutter contre les phénomènes de délinquance routière ». Entre 150 et 200 PV ont été dressés de cette manière dans ce quartier. Le dispositif s’est ensuite étendu au quartier de la gare, en 2017, « où les gens se garent n’importe où sur le parvis ».

La préfecture a autorisé la municipalité en janvier dernier à étendre le périmètre de la vidéo-verbalisation au centre-ville. Après quelques mois de prévention, le dispositif est dorénavant actif. « Nous avons pour l’instant ciblé uniquement la place de la Comédie et ses abords, et nous l’étendrons prochainement à la place du Parlement, puis à la place de la Bourse », poursuit Jean-Louis David. « L’idée est de protéger des sites patrimoniaux appréciés des touristes et des Bordelais, et qui sont régulièrement envahis par des véhicules qui n’ont rien à faire là. »

Le PV de 135 euros est envoyé dans les 15 jours

Concrètement, les policiers municipaux se servent d'une partie des 106 caméras de vidéosurveillance qui équipent la ville pour dresser les PV à distance. « Pour que l’infraction soit caractérisée, il faut que la caméra réalise une série de photos du véhicule mal stationné à différents moments, en la présence derrière l’écran d’un officier de police judiciaire », détaille l’élu. Le périmètre en question doit également être équipé de panneaux indiquant que la vidéo-verbalisation est en vigueur à cet endroit. Ensuite, le PV, d’un montant de 135 euros, est envoyé directement au domicile du contrevenant, généralement sous une quinzaine de jours.

C’est ce qui est arrivé à Marc, récemment. « J’ai reçu chez moi le 6 juin, une amende pour un stationnement gênant le 27 mai devant la gare », explique-t-il. « J’étais garé sur un trottoir, en warning et le coffre ouvert, car j’attendais deux personnes que je venais récupérer pour du covoiturage. »

Ce Bordelais a vécu assez mal la situation. « J’ai été très surpris de recevoir l’amende… Il y a un côté big brother… Et, concernant les faits, c’est très difficile de se garer autour de la gare, pourtant j’avais fait attention à me mettre à un endroit où je ne gênais personne, et je ne suis resté que cinq minutes. En plus, je venais faire du covoiturage, ce qui est une démarche plutôt citoyenne, quand même ! »

Jean-Louis David, pour sa part, fait remarquer qu'« ils disent tous qu’ils restent cinq minutes… ».