Bordeaux: Une borne pour orienter les SDF vers les acteurs solidaires installée à la gare

SOCIAL L’association Solinum œuvre à mettre à disposition des plus précaires des outils numériques pour les aider au quotidien. Parmi eux, on trouve des bornes tactiles répertoriant les structures les plus proches proposant nourriture, mise à l’abri, sanitaires…

Elsa Provenzano

— 

Une borne solidaire a été installée pour cinq mois d'expérimentation sur le parvis de la gare Saint-Jean.
Une borne solidaire a été installée pour cinq mois d'expérimentation sur le parvis de la gare Saint-Jean. — E.Provenzano / 20 Minutes
  • Une borne destinée à orienter les SDF vers les acteurs solidaires a été installée sur le parvis de la gare Saint-Jean.
  • L’outil a été mis en place grâce à un partenariat entre l’association Solinum et la branche gares et connexions de la SNCF.
  • La SNCF aimerait après quelques mois d’expérimentation en installer dans d’autres gares françaises.

C’est en réalisant des maraudes auprès de plusieurs associations que Victoria Mandefield a eu l’idée de créer sa propre structure baptisée Solinum pour solidarité numérique, qui veut venir en aide au public précaire en mettant à sa disposition des outils digitaux.

« J’ai relevé qu’il y avait toujours un problème d’information pour l’accès à l’hygiène, à l’alimentation, etc. Ils ne savaient pas où aller », explique la jeune femme de 23 ans. En 2016, elle crée Solinum qui regroupe sur le site soliguide.fr des informations sur tous les acteurs qui viennent en aide aux sans-abri. Cette même base de données est maintenant accessible via une borne tactile qui vient d’être installée à la gare de Bordeaux Saint-Jean.

Un partenariat avec la gare

Gagnante de l’appel à projets, lancé par la SNCF pour améliorer la gare Saint-Jean que Victoria Mandfield a remporté une enveloppe de 20.000 euros, dans le volet « gestion du public en fragilité », qui lui a permis de financer son projet de borne solidaire. Installée début mai, elle a permis en quelques jours à 70 personnes d’avoir accès aux adresses. Le temps de consultation est en moyenne de cinq minutes, ce qui montre que les bénéficiaires ne font pas qu’y passer.

Une autre borne a été installée au centre d’accueil d’information et d’orientation (CAIO), avec le soutien de la mairie de Bordeaux. Un crowdfunding a été lancé le mois dernier à Paris pour y installer une borne et il en existe également à Nantes.

Comme toutes les gares, celle de Bordeaux Saint-Jean attire beaucoup de personne en errance, qui viennent parfois d’arriver dans la ville et qui sont perdus. « Quand on ne sait pas où aller, on va à la gare, résume Stéphane Lambert, directeur gares et connexions de SNCF Nouvelle-Aquitaine. Il faut qu’on soit capable d’orienter ces personnes. » Dans quelques mois, la robustesse mais surtout la pertinence de l’outil auprès des bénéficiaires sera évalué. « Un médiateur social vient déjà deux fois par semaine et ce sera un outil pour lui mais aussi pour le personnel de la gare », explique le directeur gares et connexions.

« A terme, je souhaite que les associations et structures puissent s’approprier l’outil et actualiser leurs propres données », précise la présidente de Solinum. Au total, elle a rassemblé 3.300 lieux sur sa base générale d’informations.

« On parie sur un succès [de la borne] pour la proposer à d’autres gares mais pas que, dans le cadre de projets nationaux », assure Stéphane Lambert.

>> A lire aussi : Les acteurs de l'immobilier se mobilisent pour les SDF à Marseille

>> A lire aussi : Un lieu central pour les SDF à Nantes, ouvert sur la ville, avec une ferme sur le toit