Bordeaux: La discothèque La Plage fermée pour deux semaines par la préfecture

SECURITE La préfecture de la Gironde vient d'annoncer la fermeture pour deux semaines de la Plage « en raison d'atteintes répétées à l'ordre public »...

E.P.

— 

Le 2 février 2017, la boîte de nuit La Plage, à Bordeaux
Le 2 février 2017, la boîte de nuit La Plage, à Bordeaux — M.Bosredon/20Minutes
  • La police a du examiner récemment pas moins de 54 plaintes de clients, parfois pour des faits de violence mettant en cause le service de sécurité de La Plage.
  • Ce haut-lieu de la nuit bordelaise, l'une des plus grandes discothèques d'Europe, attire chaque week-end des milliers de personnes.

Le préfet de la Gironde vient de prendre un arrêté ce jeudi pour la fermeture administrative temporaire de  la discothèque La Plage, située quai de Paludate à Bordeaux, pour une durée de deux semaines « en raison d’atteintes répétées à l’ordre public », précise-t-il dans un communiqué.

La décision de fermer ce haut-lieu de la nuit bordelaise, qui s'étend sur un hectare et accueille chaque week-end des milliers de personnes, s'appuie sur un rapport des policiers de la Direction départementale de la Sécurité publique (DDSP) de la Gironde. La DDSP a dû examiner pas moins de 54 plaintes déposées par des clients de l'établissement.

L’ambiance se serait en effet récemment dégradée et la police a rapporté au préfet un nombre important de plaintes déposées par des clients de l’établissement, pour des actes de violence, parfois graves, mettant en cause le service de sécurité de la Plage et l’utilisation d’armes sur la voie publique sans autorisation.

Le préfet rappelle qu’il appartient aux responsables des établissements de nuit « d’assurer la sécurité de leurs clients et de faire respecter le code de déontologie des personnes physiques ou morales exerçant des activités privées de sécurité. »

«On se retrouve convoqué toutes les semaines pour des plaintes en nous accusant de tous les maux»

En l'espace de vingt ans, Patrick Lalanne, propriétaire de la plus grande discothèque de centre-ville en Europe avec ses huit pistes de danse, a bâti un véritable empire de la nuit sur le quai de Paludate, entre la gare Saint-Jean et la Garonne.

« On se retrouve convoqué toutes les semaines pour des plaintes en nous accusant de tous les maux. On a eu je ne sais combien de plaintes l'année dernière, aucune condamnation. On se fait traiter de tous les noms d'oiseaux », affirmait le propriétaire de La Plage dans un entretien à Sud Ouest en mars dernier.

Son établissement emploie 115 personnes, dont plus de la moitié pour assurer la sécurité, et dispose de « 80 caméras qui filment l'intérieur et l'extérieur », un système de vidéosurveillance qui coûte « 100.000 euros par an », selon Patrick Lalanne.