Bordeaux: Qui veut créer sa microferme sur la rive droite?

AGRICULTURE La ville de Floirac, près de Bordeaux, lance un appel à candidatures jusqu’au 15 juin pour la création d’une exploitation agricole sur 6.000 m2 au cœur du parc public de la Burthe. L’enjeu est de montrer qu’il est possible de faire revenir l’agriculture en ville…

Elsa Provenzano

— 

La parcelle qui va accueillir une micro-ferme au sein du parc de la Burthe, à Floirac.
La parcelle qui va accueillir une micro-ferme au sein du parc de la Burthe, à Floirac. — Ville de Floirac
  • Jusqu’au 15 juin, des agriculteurs intéressés par une installation sur la rive droite de la métropole bordelaise peuvent se manifester auprès de la ville de Floirac.
  • La commune se propose de louer 6.000 m2 de terres agricoles ainsi que des serres pour dix ans à un agriculteur présentant un projet respectueux de l’environnement.
  • L’ambition de Floirac est de démontrer qu’il est possible de faire revenir l’agriculture en ville.

L’industrialisation et la densification ont eu raison des activités agricoles qui existaient sur la rive droite de la métropole bordelaise il y a des décennies. Avec un appel à candidatures qui court jusqu'au 15 juin, la ville de Floirac, voisine de Bordeaux, espère installer pour dix ans au moins une microferme au sein du parc de la Burthe, sur des parcelles de prairies fleuries. Plusieurs visites ont déjà eu lieu sur ce site, dont la Ville fait le pari qu’il peut devenir un lieu d’ agriculture péri-urbaine.

L'exploitation sera situé au coeur du parc, à proximité du centre équestre et de la plaine des sports.
L'exploitation sera situé au coeur du parc, à proximité du centre équestre et de la plaine des sports. - Ville de Floirac

Près du centre équestre et des installations sportives, le lot concerne 6.000 m² de terrain cultivable, une serre de 130 m² et des espaces mutualisables, qui seront loués pour une somme modique. « Il ne s’agit pas du tout d’un projet de ferme pédagogique qui serait subventionnée par la mairie, l’objectif est que ce soit rentable », avertit d’entrée Alexandre Bourigault, conseiller municipal au développement durable et à l’agenda 21 à Floirac.

Un projet avec une forte démarche écologique

Aucune activité agricole en particulier ne semble privilégiée à ce stade, même si la taille des deux parcelles « contraint à une multiplicité de production, on n’y imagine pas un champ de maïs », pointe Alexandre Bourigault. Le projet devra par contre s’inscrire dans une démarche écologique (agroécologie, agriculture biodynamique ou biologique). La technique de la permaculture semble un bon outil pour optimiser la parcelle. « Il faut que ce soit cohérent avec ce qui a déjà été réalisé : le label écojardin du parc de la Burthe et la deuxième fleur obtenue par la ville », souligne l’élu.

« L’idée c’est de proposer au jeune exploitant une installation avec des investissements mimimes et des ressources techniques en lien par exemple avec Bordeaux Sciences agro et la cellule microagri du CNRS », précise Jonathan Duvivier, chargé de mission agenda 21 à Floirac.

L’attente des consommateurs en termes de circuits courts est jugée forte par la municipalité qui pronostique que l’agriculteur sera rapidement connu et inclus dans la ville. « Le producteur va venir avec son propre schéma économique mais on aura un œil attentif », promet Alexandre Bourigault.

La délibération des élus locaux sur le dossier retenu sera connue à l’automne. Dans les mois qui suivront les usagers du parc de la Burthe pourront suivre l’évolution de ce projet agricole, visible des sentiers de promenade. Et la municipalité, riche en foncier agricole, réfléchit déjà à d’autres installations possibles. « On veut prouver que c’est possible sur la métropole et on espère que ça serve d’exemple car les politiques peuvent être frileux sur ces sujets. »