Vue du futur Jardin de l'Ars, dans le quartier Euratlantique à Bordeaux.
Vue du futur Jardin de l'Ars, dans le quartier Euratlantique à Bordeaux. — OLM Paysagistes

INTERVIEW

Bordeaux Euratlantique: «Une thématique encore inexploitée en France pour notre futur musée»

Outre un projet d'aquarium, que nous avions révélé le 11 octobre dernier, le périmètre Euratlantique à Bordeaux accueillera également un musée dans le futur jardin de l'Ars, sur lequel les équipes de l'établissement public d'aménagement travaillent d'arrache-pied en ce moment...

  • Le futur aquarium, qui sera implanté sur la rive droite, proposera très peu de bassins d'eau et sera en fait surtout équipé d'outils numériques.
  • Euratlantique va aussi démarrer l'aménagement du quartier Armagnac-Sud, une grande friche ferroviaire.
  • La passerelle Eiffel est en train d'être consolidée et sera transformée, dans un projet qu'il reste encore à travailler.

Une nouvelle ville dans la ville. Euratlantique, avec ses 730 ha à aménager autour de la gare, sur les communes de Bordeaux, Bègles et Floirac, est l’une des plus importantes opérations de réaménagement urbain de France.

>> A lire aussi : Bordeaux: Une spectaculaire opération de réaménagement des quais jusqu'au futur pont Simone-Veil

Le périmètre doit accueillir 40.000 nouveaux habitants, et sera doté de nombreux nouveaux équipements. 20Minutes fait le point sur l’avancée de ce chantier titanesque, avec Alexandre Villatte, responsable du pôle aménagement et directeur général adjoint de l’Etablissement public d’aménagement (EPA) Euratlantique, et Marion Le Fur, responsable de la communication.

Les deux dernières grosses annonces d’Euratlantique portaient sur la création d’une rue commerçante, la rue Bordelaise, et le projet d’aquarium. Ces deux projets avancent-ils ?

Alexandre Villatte, directeur général adjoint de l'EPA Euratlantique, et Marion Le Fur, responsable de la communication.
Alexandre Villatte, directeur général adjoint de l'EPA Euratlantique, et Marion Le Fur, responsable de la communication. - M.Bosredon/20Minutes

Alexandre Villatte : Ce sont des projets plutôt bien accueillis, même s'il y a eu sur l'aquarium une pétition car des gens ont pensé qu’on allait y mettre des dauphins qui sauteraient en même temps que l’arrivée du TGV ! (sic) Il n’y aura pas de dauphin, ce sera même un projet axé autour des outils numériques, et il n’y aura quasiment pas de bassin d’eau. C’est un projet similaire à ce que l’on trouve dans le centre de New York, avec des écrans vidéo.

>> A lire aussi : INFO «20MINUTES». Bordeaux: Un aquarium géant en projet sur la rive droite pour 2021

Marion Le Fur : Le terme aquarium a pu faire peur, mais ce sera plutôt un musée présentant les écosystèmes marins.

A.V. : De toute façon pour l’instant nous n’en sommes pas à travailler sur le contenu, mais déjà à trouver où on le place et comment on le place. Nous sommes en plein dedans en ce moment. Pareil sur la rue bordelaise, c’est un projet extrêmement complexe et cela prend du temps. Mais il n’y a pas d’inquiétude majeure sur ces deux projets.

>> A lire aussi : Bordeaux: L'étonnant projet de «Rue Bordelaise», une grande rue piétonne de 20m de large et 300m de long

D’autres projets sont-ils en train de se concrétiser ?

A.V. L’autre actualité importante, c’est la réalisation du quartier Armagnac-Sud : il s’agit de friches ferroviaires que la SNCF abandonne d’ici la fin de l’année. Nous sommes en train de mettre en œuvre les études, la conception et la commercialisation de cet ensemble, calé autour d’un jardin central - à l’échelle d’un gros square parisien - qui va venir irriguer tous les immeubles autour. C’est une avancée importante car cela concerne à peu près 1.000 logements, avec des bureaux, une école et une école d’ingénieurs.

>> A lire aussi : Bordeaux: «Il faut favoriser les commerces indépendants et la qualité de la construction» sur Euratlantique

Pour chacun de nos quartiers nous partons d’une trame d’espace public fédérateur, que l’on enrichit d’usages tout autour : des commerces, des équipements… Puis nous réfléchissons à la forme urbaine, avec une ligne architecturale homogène sur l’ensemble d’Euratlantique, mais spécifique à chaque quartier, pour qu’on ait le sentiment d’appartenir à Armagnac-sud, jardin de l’Ars, Citernes ou Belvédère…

Vue du futur jardin du sacré coeur, dans le quartier Citernes du périmètre Euratlantique à Bordeaux.
Vue du futur jardin du sacré coeur, dans le quartier Citernes du périmètre Euratlantique à Bordeaux. - AIRSTUDIO-PHYTOLAB

Sur le jardin de l’Ars, il avait été évoqué l’implantation d’un musée. C’est toujours d’actualité ?

A.V. : On est en plein dedans. C’est comme l’aquarium, c’est un projet compliqué car il faut trouver le bon équilibre entre les investissements et le prix du ticket d’entrée. Le jardin de l'Ars fera 9 ha, avec différentes thématiques et tout un travail sur la gestion des eaux et la protection du patrimoine ferroviaire. Nous allons essayer de faire un jardin permettant aux Bordelais de découvrir les paysages de la grande région, avec la volonté que ce soit pédagogique.

Vue du futur Jardin de l'Ars, dans le quartier Euratlantique à Bordeaux.
Vue du futur Jardin de l'Ars, dans le quartier Euratlantique à Bordeaux. - OLM Paysagistes

Ce que nous voulons c’est une grande porosité entre le futur musée et ce jardin. Mais pour l’instant nous sommes silencieux sur le contenu du musée, car nous sommes en pleines négociations.

Très clairement, il y a une concurrence de territoires et nous n’avons pas envie de donner la bonne idée à nos voisins de Nantes ou de Toulouse. En tout cas la thématique à laquelle on réfléchit n’est pas encore exploitée à ce jour en France.

La concurrence avec les autres métropoles est si forte que cela ?

A.V. C’est une réalité. Pourquoi Bordeaux se vante d’avoir les meilleurs classements depuis quelques années ? Il faut se remuer les méninges en permanence, chercher les choses qui vont plaire, tout en étant réaliste. Nous faisons extrêmement attention à ce que l’on propose puisse aller au bout.

Il y a une mode depuis deux trois ans, c’est de faire des concours d’architecture où tous les bâtiments ressemblent à des énormes arbres avec des bâtiments limite en lévitation… On verra le jour où il faudra les construire ces bâtiments. Nous, on est plutôt sur des choses pragmatiques, réalistes, mais séduisantes.

Verra-t-on des choses se concrétiser en 2018 ?

A.V. : On va livrer la première tranche du quai de Paludate : la Meca sera livrée à l’automne et ouvrira au printemps 2019, les espaces publics entre la Meca et la Caisse d’Epargne vont se terminer, et la halle Boca ouvrira en octobre, et sera essentiellement consacrée à de la restauration.

Vue nocturne de la future MECA (Maison de l'économie créative et de la culture) d'Aquitaine
Vue nocturne de la future MECA (Maison de l'économie créative et de la culture) d'Aquitaine - Agence BIG

 

Vue de la future Halle Boca.
Vue de la future Halle Boca. - ANMA

Beaucoup de chantiers vont démarrer le long de la rue Carle-Vernet. Il y aura aussi les livraisons de Quai 8.2, qui va accueillir Orange, Allianz, Erasmus... C’est l’arrivée d’un nombre de salariés important.

M.L.F : Il y aura le pont de la Palombe aussi. La fin de l’installation se fera en mai, pour une ouverture en 2020.

Le futur pont de la palombe reliera en 2020 les quartiers Armagnac et Amédée Saint-Germain sur le secteur Euratlantique à Bordeaux
Le futur pont de la palombe reliera en 2020 les quartiers Armagnac et Amédée Saint-Germain sur le secteur Euratlantique à Bordeaux - Marc Mimran Architecte

Et où en est-on de la réhabilitation de la passerelle Eiffel ?

A.V. : Nous sommes partenaires avec la SNCF et la métropole sur le confortement de la passerelle. Ce sont des travaux qui ont débuté et qui vont se poursuivre le mois prochain.

>> A lire aussi : Bordeaux: La passerelle Eiffel sera bel et bien destinée aux piétons et cyclistes

Ensuite, nous travaillons avec une association de défense de la passerelle pour voir dans quelle mesure on est capable de lui redonner un usage. Elle trouvera sa place, car c’est un monument historique. Mais elle est longue : 500 m dans un tube en fer, un certain nombre n’iront qu’une fois si c’est juste une passerelle piétonnière ! Donc il faut l’agrémenter pour en faire quelque chose d’exceptionnel. Mais c’est un dossier compliqué.

Le dossier de la Cité numérique va aussi se concrétiser ces prochains mois ?

Projet de Cité numérique dans le quartier Euratlantique à Bordeaux
Projet de Cité numérique dans le quartier Euratlantique à Bordeaux - AlexandreChemetoff&Associes

M.L.F : On est en pleins travaux et cela prend forme. On va livrer les premiers locaux aux premières entreprises en juin, soit environ 2.400 m2.

>> A lire aussi : Bordeaux: Un an avant son ouverture, la Cité Numérique commercialisée à 80%

Le pôle digital de Sanofi s’y installera ce qui représente une centaine d’emplois. Mais, globalement, les entreprises arriveront plutôt en septembre le temps de l’aménagement intérieur.