Bordeaux: La métropole veut «mettre de côté» le dossier du tram à Parempuyre

EXCLUSIF Michel Labardin, vice-président de Bordeaux Métropole en charge des transports de demain, annonce à «20Minutes» que le projet de prolongement de la ligne C vers Parempuyre n'est «pas assez rentable»...

Mickaël Bosredon

— 

Le prolongement de la ligne C du tramway dessert la gare de Blanquefort
Le prolongement de la ligne C du tramway dessert la gare de Blanquefort — M.Bosredon/20Minutes
  • L'étude sur le prolongement de la ligne C entre Blanquefort et Parempuyre a été remise à la maire de Parempuyre.
  • Il en ressort selon le vice-président de la métropole que le «bilan socio-économique est assez défavorable ».
  • La maire de Parempuyre remet en cause la qualité de cette étude.

Le prolongement de la ligne C entre Blanquefort et Parempuyre est mal engagé. Les études de faisabilité viennent en effet d’être rendues à la maire de Parempuyre, Béatrice de François. Et celles-ci ne sont pas bonnes.

>> A lire aussi : Bordeaux: Parempuyre met la pression pour avoir le tram

« C’est une demande tout à fait légitime de prolonger ce tram sur 3,1 km pour environ 32 millions d’euros, soit 10 millions d’euros du kilomètre, explique à 20Minutes Michel Labardin, vice-président de la métropole en charge des transports de demain. Mais il ressort aujourd’hui qu’au regard de l’investissement, la fréquentation est trop faible, et le bilan socio-économique est assez défavorable. Cela ne veut pas dire que ça ne se fera pas, mais il faut attendre la reprise d’études, et notamment voir la montée en puissance de la ligne C vers Blanquefort, et voir comment avec la région et la SNCF il pourra y avoir un meilleur cadencement des trains qui arrivent du Verdon. Il y a des solutions de mobilité qui évoluent, il faut les étudier avant de réexaminer la situation. Sous réserve des discussions avec le président de la métropole, ce dossier n’est donc pas la priorité aujourd’hui. »

En clair, il est « mis de côté. »

Béatrice de François « déçue et en colère »

Un coup de massue pour la maire de Parempuyre qui porte ce projet depuis 2016. « Je suis déçue et en colère », confie-t-elle à 20Minutes. « C’est un choix politique. Personnellement je ne suis pas satisfaite de l’étude qui m’a été rendue : dans le bilan socio-économique par exemple, on ne déduit pas le coût de la ligne 22 qui fait Parempuyre-Gare de Blanquefort [et qui serait supprimée si le tram était prolongé]. Il est écrit en point négatif que la gare de Parempuyre est trop excentrée. Je n’ai pas l’impression que toutes les gares soient en centre-ville. Il est aussi dit que le taux de motorisation à Parempuyre est trop élevé. Je croyais que c’était justement un argument en faveur du tram ! Franchement, je ne comprends pas. »

>> A lire aussi : Billettique, tarif, vcub électrique… : Tout ce qui va changer sur le réseau bordelais en 2018

Béatrice de François met également en avant le coût, relativement modeste, de ce prolongement : 10 millions d’euros du kilomètre (contre 20 millions d’euros du kilomètre pour le prolongement de la ligne D jusqu’à Saint-Médard-en-Jalles, par exemple). « Enfin, nous sommes équipés d’un parking de 180 places qui est actuellement vide, alors que l’on prévoit d’en construire un second à Blanquefort. »

Vers des études complémentaires

Enfin, l’élue s’étrangle lorsqu’elle lit que « les habitants du Médoc pourront aller prendre le tram à la future station Cantinolle à Eysines, sur la ligne D. » « C’est vraiment mal connaître ce territoire que croire que des habitants de Macau vont aller jusqu’à Cantinolle pour se rendre à Bordeaux ! »

>> A lire aussi : Bordeaux: Le tracé de la ligne D du tram vers Saint-Médard-en-Jalles a été choisi

Inquiète de « la réaction des Parempuyriens qui attendent ce tram » la maire de la ville va « demander des études complémentaires. »