Bordeaux: Sur le stationnement payant,«on n’a pas su se faire comprendre d’une partie de la population»

POLITIQUE Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine et maire du quartier de Saint-Augustin, l’un des deux quartiers de Bordeaux concernés par l’abandon du stationnement payant, a tenté de justifier cette décision ce mardi...

Elsa Provenzano
— 
Les manifestants dénoncent une absence de concertation sur la question du stationnement payant à Bordeaux.
Les manifestants dénoncent une absence de concertation sur la question du stationnement payant à Bordeaux. — ABDRSPR
  • Alain Juppé a annoncé que le stationnement payant ne serait finalement pas mis en place à Saint-Augustin et Caudéran, deux quartiers où il réalise historiquement de bons scores aux municipales.
  • Il s’agirait de prendre en considération les paroles des citoyens entendues dans les conseils de quartier et réunions publiques pour « améliorer les choses ».
  • « Il y a un problème d’équité sur le territoire, c’est vrai et il va falloir qu’on traite ça ensemble », a déclaré Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine et maire du quartier de Saint-Augustin.

« On peut se dire "tout ça pour ça", mais c’est un exercice démocratique compliqué, fait valoir Jean-Louis David, adjoint au maire en charge de la vie urbaine et maire du quartier de Saint-Augustin. On n’a pas su se faire entendre et comprendre d’une partie de la population ».

S’il s’en défend, l’annulation de la mise en place du stationnement payant à Caudéran et Saint Augustin, annoncé ce lundi ressemble bien à une reculade, après avoir tant plaidé pour les vertus du stationnement résident. Les vœux d’Alain Juppé dans ce dernier quartier avaient été très mouvementés en janvier dernier. 

>> A lire aussi : Bordeaux: Alain Juppé renonce au stationnement payant hors des boulevards

Dans ces deux quartiers extra-boulevards, où le maire de Bordeaux a réalisé de bons scores aux municipales de 2014, la mesure avait déjà été reportée à septembre, à l'occasion d'annonces d'assouplissement sur ce dossier , décidément brûlant à Bordeaux, de l’extension du stationnement payant. « A Caudéran, on nous a expliqué qu’il n’y avait pas assez de transports en commun [le tram ne dessert pas le quartier], et le covoiturage n’y est pas encore développé par exemple, a expliqué Jean-Louis David. Alain Juppé a considéré plus sage et plus utile de faire fructifier ce qu’on a entendu dans les deux mois qui viennent de s’écouler ».

« Une vraie préoccupation démocratique »

Mais alors comment expliquer que les quartiers populaires de la Bastide et du Grand Parc ne soient pas concernés par cette suspension du dispositif ? « Il y a un problème d’équité sur le territoire c’est vrai. Il faut que l’on traite cela ensemble », a réagi le maire adjoint à la vie urbaine. Il assure qu’il reçoit des demandes d’habitants pour un statut réglementé du stationnement et ne peut s’empêcher de regretter que « chacun soit intéressé par sa rue et que l’intérêt général ne soit plus d’actualité ».

>> A lire aussi : Colère des habitants contre le stationnement payant à Bordeaux: Juppé assouplit sa politique

Il récuse l’argument électoraliste : « Non, ce n’est pas la réalité. Il s’agit d’un dialogue entre les concitoyens, les conseils de quartier, avance-t-il. On n’arrivait pas à les convaincre de l’utilité de notre dispositif, c’est une vraie préoccupation démocratique ». Si la voix des opposants au stationnement payant a visiblement été entendue, l’adjoint au maire les qualifie néanmoins de « minorité hurlante ».

Pas sûr que cette annonce signe la fin de la polémique sur ce dossier puisque les habitants d’autres quartiers pourraient se manifester.