Aéroport de Bordeaux: Ce mercredi, top départ de chantiers en série pour faire face à l’essor du trafic

INFRASTRUCTURES A partir de ce mercredi, le terminal low cost Billi de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac est en travaux. Tous les vols partiront des halls A et B pendant trois semaines. Beaucoup d’autres chantiers sont prévus dans les années à venir pour augmenter la capacité d’accueil de l’aéroport en plein essor…

Elsa Provenzano

— 

Les phases de chantier sont étalées pour perturber au minimum la circulation des voyageurs.
Les phases de chantier sont étalées pour perturber au minimum la circulation des voyageurs. — M.Bosredon / 20 Minutes
  • Les postes d’inspection filtrage du terminal low-cost Billi de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac vont être modernisés avant l’ouverture d’une base Easyjet (trois avions) fin mars.
  • Pendant les trois semaines de chantier, qui commence ce mercredi, tous les vols des compagnies Easyjet Ryanair et Wizz Air sont transférés vers les Halls A et B.
  • Dans les prochaines années de nombreux projets d’extension et de modernisation doivent permettre de faire face à l’accroissement du trafic de l’aéroport, en hausse de 7,7 % en 2017.

Attention, à partir de ce mercredi le terminal low cost Billi de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac est totalement fermé pour trois semaines. Tous les vols des compagnies Easyjet, Ryanair et Wizz Air partiront des Halls A et B pendant cette période.

>> A lire aussi : Bordeaux: Le trafic de l'aéroport a progressé de près de 9% en 2016

Les postes d’inspection filtrage, qui permettent de s’assurer que les voyageurs ne transportent aucun objet interdit à bord des appareils, vont être entièrement modernisés. Ils devraient permettre de quasiment doubler la capacité de vérification des voyageurs avant leurs vols, pour atteindre 800 par heure. Une opération réalisée avant la mise en service de la base Easy jet, fin mars. « Compte tenu de la position centrale de ces postes d’inspection filtrage, on est obligés de fermer le terminal, explique Pascal Personne, directeur de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac, nous n’avons pas la possibilité d’effectuer les travaux seulement de nuit ».

Améliorer la capacité d’accueil des voyageurs

A partir de mars 2019, ce sont les bornes d’enregistrement des passagers et des bagages qui vont être modernisées, là encore pour permettre une accélération du traitement des demandes. Parallèlement les études pour l’extension du terminal low cost commenceront début 2019, pour une livraison courant 2020. Il s’agit de doubler la superficie du Hall pour passer à 10.000 m2. L’objectif à terme est que le terminal puisse absorber le trafic généré par neuf avions contre six aujourd’hui.

>> A lire aussi : L'aéroport de Bordeaux-Mérignac va construire un nouveau terminal

Une nouvelle jetée, soit une salle d’embarquement, sera aussi créée fin 2019 ou début 2020 dans le Hall A pour permettre de mieux absorber les flux des vols internationaux, en particulier pendant la saison estivale. « Si on a une augmentation du trafic sur le low-cost, on a aussi une très forte croissance des compagnies dites de réseaux, comme la Lufthansa qui est de retour à Bordeaux depuis le printemps 2017 », souligne le directeur de l'aéroport.

Autre gros chantier prévu pour fin 2022 début 2023, un bâtiment de jonction entre le hall A et B pour la construction d’un poste d’inspection filtrage unique « avec des zones d’attente et des zones commerciales », précise Pascal Personne.

>> A lire aussi : Aéroport de Bordeaux: les collectivités mobilisées contre la privatisation

Plusieurs parkings vont être agrandis (P2, P1, P Express et loueurs) prochainement alors même que des projets de transport en commun sont prévus pour 2019 et fin 2021. « 80 % de nos clients environ viennent en voiture et les phases d’extension du tramway n’ont jamais complètement modifié la donne, estime le directeur de l’aéroport. Cela prend un peu, à la marge, mais il y a toujours un besoin fort et il faut qu’on soit au rendez-vous ». L’été, le manque de places se fait particulièrement sentir sur les parkings de l’aéroport, dont le trafic a augmenté de 7,7 % en 2017.

Tous ces chantiers qui vont s'étaler sur six ans pour ménager les voyageurs représentent un investissement de 130 millions d'euros pour l'aéroport.