Bordeaux: Un adjoint de Juppé et son frère sénateur vont comparaître devant la justice

JUSTICE Didier Cazabonne, adjoint au maire de Bordeaux et son frère jumeau Alain Cazabonne, sénateur Modem, comparaîtront devant le tribunal correctionnel en juin pour abus de biens sociaux et abus de confiance pour le premier et prise illégale d’intérêt et favoritisme pour le second…

E.P. avec AFP

— 

Alain Cazabonne était candidat Modem aux Sénatoriales de 2008 et ici aux côtés du président du Modem François Bayrou.
Alain Cazabonne était candidat Modem aux Sénatoriales de 2008 et ici aux côtés du président du Modem François Bayrou. — PIERRE ANDRIEU / AFP

Deux élus Bordelais vont devoir se présenter devant la justice. Didier Cazabonne, adjoint au maire de Bordeaux en charge des relations internationales, comparaîtra le 11 juin devant le tribunal correctionnel pour abus de biens sociaux et abus de confiance, et son frère jumeau Alain, sénateur MoDem, pour prise illégale d’intérêts et favoritisme, a indiqué vendredi le parquet de Bordeaux, confirmant une information de Sud Ouest.

>> A lire aussi : Bordeaux: En 2019, la ligne D du tramway traversera une place Tourny transformée

Les deux hommes font partie des fondateurs de la société Aquitaine bureau informatique (ABI), qui fournit du matériel de bureau. Une entreprise dans laquelle ils se sont moins impliqués par la suite, mais dont ils ont conservé des parts, selon le quotidien.

Alain Cazabonne se défend en parlant de négligence

Or Alain Cazabonne, maire de Talence dans la banlieue bordelaise jusqu’à ce qu’il soit élu sénateur en octobre 2017, a passé un marché avec ABI pendant quatre ans, pour un montant d’environ 300.000 euros. Pour sa défense, Alain Cazabonne assure qu’il ne savait pas qu’il avait signé un contrat avec une société dans laquelle il avait des parts car cette dernière a changé à plusieurs reprises de nom.

>> A lire aussi : Police de sécurité du quotidien à Bordeaux: A Bacalan, des habitants excédés par les incivilités

Didier Cazabonne aurait quant à lui bénéficié de remboursements d’indemnités kilométriques et de frais de restauration non justifiés pour un montant de 40.000 euros, selon Sud Ouest.