Lancement de #BM2050, une grande réflexion sur l'avenir de Bordeaux

PROSPECTIVE La métropole annonce le lancement, le 27 février, de la grande réflexion #BM2050, qui doit permettre à Bordeaux de se projeter sur son futur…

Mickaël Bosredon

— 

Alain Juppé, le 19 septembre 2017 lors de sa conférence de presse de rentrée à Bordeaux
Alain Juppé, le 19 septembre 2017 lors de sa conférence de presse de rentrée à Bordeaux — GEORGES GOBET / AFP
  • Des architectes, un économiste ou un sociologue seront associés aux réflexions qui impliquent tous les maires de la métropole.
  • Alain Juppé assure qu’il ne s’agit pas pour lui de préparer sa candidature aux municipales de 2020.

« Cela n’a rien à voir avec un éventuel programme municipal pour les prochaines élections de 2020 », avait assuré Alain Juppé lors de sa conférence de rentrée, en septembre 2017. Ce jour-là, il annonçait vouloir établir un « projet Bordeaux 2030-2050 » d’ici à 2018.

>> A lire aussi : A quoi ressemblera Bordeaux en 2050 ?

« Il est temps de penser, voire de rêver, le Bordeaux de 2030 voire de 2050, expliquait-il. Donc je voudrais organiser en 2018 une sorte de remue-méninges général, impliquant les élus, les services, et aussi tout un tas d’institutions, d’autres collectivités, et surtout les citoyens. L’idée est de réfléchir à comment on va se déplacer en ville, comment on va lutter contre la congestion de l’agglomération ? Quelle place pour la nature ? Comment atteindre l’objectif d’une métropole décarbonée ? »

Des architectes-urbanistes, un économiste, un sociologue…

On en sait un peu plus sur la forme que va prendre ce remue-méninges. Le maire de Bordeaux et les 27 maires de la métropole lanceront en effet mardi prochain, le 27 février, l’opération sous la dénomination #BM2050. Parmi les personnalités qui constitueront l’organisme, on trouve l'architecte-urbaniste Jean-Marie Duthilleul (connu pour être « l’architecte des gares »), l’économiste Bernard Jullien, spécialiste de l’industrie et des services automobiles, l’architecte Djamel Klouche, Philippe Labro, directeur des partenariats EDF Collectivités et le sociologue Bruno Marzloff, directeur du groupe Chronos, un cabinet d’études sociologiques et de conseil en innovation.

>> A lire aussi : L'agriculture urbaine veut se tailler une place dans les projets de quartiers bordelais

Les résultats d’une étude européenne sur les « usages émergents de la ville » seront présentés ce jour-là, et deux débats sont inscrits à l’ordre du jour : « si les métropoles veulent être neutres en carbone en 2050, peuvent-elles être autarciques ? » et « quelles mobilités pour demain à Bordeaux ? »

Restitution du projet en mars 2019

Le Conseil de métropole a validé, le 16 février dernier, les grands principes de cet exercice prospectif qui va s’étaler sur les quinze prochains mois et se donne pour ambition « d’intéresser un maximum d’habitants. »

>> A lire aussi : Une spectaculaire opération de réaménagement des quais de Bordeaux jusqu'au futur pont Simone-Veil

On en sait aussi davantage sur le calendrier. Cette démarche débutera par une phase de concertation (de mars à juillet 2018) et se poursuivra via l’organisation de tables rondes, conférences et débats (entre septembre 2018 et février 2019). La restitution d’un projet métropolitain « horizon 2050 », issu de la confrontation de plusieurs scénarios est prévue en mars 2019, à l’occasion d’une manifestation grand public.

Alain Juppé avait expliqué qu’il n’annoncerait sa décision sur une éventuelle candidature aux prochaines municipales de 2020, pas avant… fin 2019.