«De moins en moins de Bordelais disposent des moyens financiers pour acheter un logement dans leur ville»

IMMOBILIER Le nouveau baromètre LPI-Se Loger montre une hausse des prix de l’immobilier dans l’ancien de 14 % en 2017 à Bordeaux…

Mickaël Bosredon
— 
Bordeaux, 5 mars 2012. - Immobilier dans le secteur des Quais des Chartrons et de Bacalan. - Photo : Sebastien Ortola
Bordeaux, 5 mars 2012. - Immobilier dans le secteur des Quais des Chartrons et de Bacalan. - Photo : Sebastien Ortola — SEBASTIEN ORTOLA

Avec une hausse des prix de 14 % en 2017, et de 26 % sur cinq ans à Bordeaux, « aucune autre ville française de plus de 100.000 habitants ne peut se targuer d’afficher une telle progression », affirme le site Se Loger qui vient de publier une nouvelle étude immobilière sur la capitale de la Nouvelle-Aquitaine.

>> A lire aussi : Les prix des apparts ont augmenté de 12 %, ceux des maisons de 16 % à Bordeaux

Cette flambée a des conséquences plutôt négatives, constate le site spécialisé : elle a « pour double conséquence une pénurie de biens et un nombre relativement restreint de Bordelais parmi les nouveaux propriétaires. Le tissu économique local n’a pas eu le temps de s’adapter à la hausse brutale qui a frappé l’immobilier à Bordeaux. En clair, il semblerait que de moins en moins de Bordelais disposent des moyens financiers pour acheter un logement dans leur ville… »

Des quartiers qui vont de 3.839 euros à 5.525 euros/m2

Aujourd’hui, la moyenne des prix à Bordeaux (dans l’ancien) est de 4.367 euros/m2, bien au-dessus de la moyenne française (3.579 euros).

L’analyse quartier par quartier montre sans surprise que c’est le secteur Hôtel de ville/Quinconces/Saint-Seurin qui est le plus cher, avec une moyenne de 5.525 euros/m2.

>> A lire aussi : Prix de l’immobilier à Bordeaux, une escalade jamais vue sur le centre historique

Non loin derrière, on trouve le quartier Grand Parc/Chartrons/Paul Doumer (4.971 euros), puis Capucins/Saint-Michel/Nansouty/Saint-Genès (4.422 euros). Viennent ensuite la Bastide (4.133 euros), Le Lac/Bacalan (3.959 euros), Caudéran/Barrière Judaïque (3.952 euros), Saint-Jean-Belcier/Carle Vernet/Albert 1er (3.910 euros) et Saint-Bruno/Saint-Augustin (3.839 euros).