Bordeaux: Malaise à la SNCF après une note interne sur la «présence de groupes de migrants» à bord des trains

POLEMIQUE Cette note adressée aux contrôleurs leur demande notamment de recueillir le maximum d’informations sur les migrants. La direction de la SNCF affirme qu’elle n’en avait pas connaissance et qu’elle a été retirée…

Mickaël Bosredon

— 

Illustration d'un contrôleur de la SNCF, ici auprès d'un TGV en gare de Rennes.
Illustration d'un contrôleur de la SNCF, ici auprès d'un TGV en gare de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes
  • Cette note interne date du 16 février et indigne en interne à la SNCF.
  • Selon la SNCF, la note serait « le fruit d’une initiative personnelle » et « la direction régionale ne l’a pas validée ».

Une note interne de la SNCF, datée du 16 février et envoyée par l’établissement de Bordeaux aux 600 contrôleurs de la région, et que 20 Minutes s’est procurée, suscite l’indignation en interne depuis lundi.

Note de la SNCF sur la présence de migrants
Note de la SNCF sur la présence de migrants - SNCF

Intitulée « Présence groupe de migrants à bord », cette note demande aux contrôleurs, s’ils remarquent « un groupe constitué de population migrante » à bord des trains ou sur les quais, d’en « aviser l’escale », « d’essayer, si la situation le permet, de recueillir le maximum d’informations [nombre de personnes, présence d’enfants, gare de destination, raison de cette mobilité…] » enfin « rédiger un rapport circonstancié et factuel. »

La SNCF fait marche arrière

Contactée mardi par 20 Minutes, Séverine Rizzi, du syndicat CGT des cheminots de Bordeaux, estime que cette directive revient à « demander aux contrôleurs, dont ce n’est pas le but, de classer les migrants et de se comporter comme une milice de la préfecture. Il faudrait ainsi identifier les groupes de migrants, avant même de savoir s’ils ont ou pas un billet. »

Dans un communiqué, la CGT ajoute qu'il s'agit « d'une incitation à des pratiques de discrimination et de délation vis à vis d'une population d'usagers de par leurs origines ou leur apparence physique (...) Pire, les préconisations sous entendent que des usagers d'origine étrangère qui voyageraient en groupes seraient soit disant dangereux et en situation de fraude. »

>> A lire aussi : Recensement des migrants, le Conseil d'Etat refuse de suspendre la circulaire Collomb

« Dans le contexte actuel, que les contrôleurs puissent s’entendre dire qu’ils feraient la chasse aux migrants est inacceptable », poursuit la syndicaliste. Une réunion entre direction et syndicats est prévue ce mercredi à 14h30. Mais mardi en fin d’après-midi, la SNCF a tenté de déminer l’affaire. Elle affirme que cette note est « le fruit d’une initiative personnelle » et que « la direction régionale n’en avait pas connaissance et ne l’a donc pas validée ».

Une nouvelle note sera diffusée

Par ailleurs, « il a été demandé, dès connaissance de cette note par la direction mardi en tout début d’après-midi, de ne plus la diffuser car elle est en effet incomplète et fait preuve de maladresses ». Enfin, « cette note ne reflète en aucun cas la politique nationale de SNCF qui se doit de communiquer les coordonnées des services pouvant aider les populations concernées par la crise migratoire. »

>> A lire aussi : Mais qu'y a-t-il dans le projet de loi «asile et immigration»?

D’ici à mercredi, « une nouvelle note sera diffusée et portera sur les “gestes métiers” à tenir de manière globale pour toute personne non munie de billet ». La CGT demande effectivement la diffusion d'une note revenant sur ces préconisations, et rappelant les missions des contrôleurs.